Inspire

Vente de bics, post-it, autocollants, organisation d'événements, appel au volontariat et aux dons… Pour boucler leur budget, les ASBL actives dans l'aide aux personnes en difficulté doivent souvent faire appel à la générosité citoyenne. Un mode de fonctionnement indispensable qu'Okazoom souhaite dépoussiérer.

Officiellement lancé ce lundi 2 octobre, le premier site belge d’enchères solidaires permettra en effet aux personnes qui le désirent de manifester leur générosité d'une manière quelque peu différente.

« L'idée est simple », explique son créateur Grégory Defay. « Nous proposons aux gens de mettre aux enchères sur Okazoom un ou des objet(s) dont elles souhaitent se débarrasser et de choisir l'association qui bénéficiera de l'argent de cette vente. De notre côté, nous supervisons la transaction et nous veillons à ce que l'argent soit bien versé à l'ASBL destinataire avant de dire au vendeur qu'il peut procéder à la délivrance de l'objet. Un délai suffisant est également prévu pour que l'acheteur ait le temps de s'assurer que celui-ci correspond bien à ce qui était annoncé.» Pour l'instant, la livraison n'est pas prise en charge par Okazoom, mais la situation pourrait évoluer par la suite.

100 % du produit de la vente aux ASBL

L'entièreté de la somme est versée à l'ASBL désignée, souligne encore Grégory Defay. Okazoom, qui est également une ASBL, facture uniquement ses frais de fonctionnement aux associations concernées en bon accord avec celle-ci. « Mais je ne perçois pas de salaire », insiste celui qui est par ailleurs directeur d'une agence de communication, mais qui souhaite de cette manière avoir un apport positif pour la société.

Pour son démarrage, le fondateur du site a sélectionné une douzaine d'ASBL dont il apprécie les actions : la Chaîne de l'espoir , la Croix-Rouge de Belgique, Graine de vie, Inemo, KickCancer, La Maison'Elle, MusicFund, Plan International Belgique, Romeo, Sans collier, Wapa International et AMT Concept.

La liste n'est pas définitivement fermée et d'autres associations se sont déjà montrées intéressées, poursuit Grégory Defay, qui souhaite toutefois d'abord prendre le temps de voir comment les choses se mettent en place et rencontrer les candidats potentiels. Des opérations ponctuelles, pour apporter un coup de pouce à une association présente sur le terrain suite à une catastrophe humanitaire, par exemple, sont aussi envisageables. « Quoi qu'il en soit, la liste ne sera pas infinie. Si c'est pour que chaque ASBL gagne 5 euros, cela n'a pas beaucoup de sens ».

Enfin, outre les enchères classiques, Okazoom proposera aussi des enchères exceptionnelles comme un ukulélé dédicacé par la chanteuse belge Alice On the Roof, mais aussi une « Salle de vente » sponsorisées par certaines grandes marques. « Nous proposons à celles-ci d'utiliser une partie du budget qu'elles utilisent pour communiquer sur leurs produits pour faire une vente aux enchères. Et nous les accompagnons également pour que ce qui est offert ait un sens pour la marque et l'association ciblée. De cette manière, elles font une opération de com' tout en se montrant solidaires. »