Inspire

Une caravane de 350 cyclistes s'élancera de Bruxelles ce mercredi pour rappeler aux responsables politiques qu'il est plus que jamais urgent de tenir les engagements pris dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique.  

La lutte contre le réchauffement climatique, on en parle beaucoup, mais on la met encore trop peu en pratique.

Tel est le message que veulent (une nouvelle fois) faire passer les 350 cyclistes participant au Climate Express 
Bravant la grisaille automnale, la caravane quittera Bruxelles ce mercredi 1er novembre au matin pour rejoindre Bonn où débutera lundi prochain le 23e sommet des Nations unies sur le climat.
Une "balade" de 270 km pour rappeler que, deux ans après l'Accord de Paris, les émissions de gaz à effet de serre de la Belgique ont recommencé à augmenter alors qu'elles devraient diminuer.

"D'ici 2050, nos émissions devraient être nulles. Et 2050, c'est maintenant. Chaque nouvelle infrastructure que nous construisons aujourd'hui durera encore 40 ans. Nous risquons de manquer le coche, une fois de plus, avec toutes les opportunités qu’apporterait une politique climatique forte en termes d'emplois, de santé et de prospérité", souligne Samuel Lietaer, le porte-parole de l'organisation.
Preuve que cette préoccupation est de plus en plus partagée, quelque 32 000 citoyens se sont joints à l'action en justice entamée par l'ASBL L'affaire climat pour forcer les autorités belges (la Région flamande, la Région wallonne, la Région de Bruxelles-Capitale et l’Etat fédéral) a enfin mettre en oeuvre des mesures à la hauteur des transformations à réaliser et des engagements qui ont été pris.

Lundi, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) a de son côté une fois de plus tiré le signal d'alarme en annonçant que la concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère avait atteint un niveau record en 2016, exposant l'humanité aux conséquences d'"une hausse dangereuse de la température".