Inspire

Le « vélo de l’étreinte » permet aux jeunes autistes de pédaler en sécurité.

C'est un tandem d'un nouveau genre que ce "Hugbike", inventé en Italie. Son concepteur est le papa d'un enfant autiste bien décidé à ce que son fils puisse, lui aussi, rouler à bicyclette. Seulement, en plus d'être parfois sujettes à des pertes d'équilibre, les personnes souffrant de troubles autistiques n'ont pas toujours la notion du danger, souligne un utilisateur de ce vélo.

Mario Paganessi a dès lors pensé à un tandem inversé : ici, l'enfant ou l’adolescent, est assis à l'avant et entouré par les bras du conducteur principal. A la manière d'une étreinte, d'où le nom donné à l'engin. Deux selles, deux guidons mais une seule chaîne, l'enfant « pédale et a l'impression de diriger », précise Mario Paganessi, qui continue de développer le projet via sa fondation « Oltre Il Labirinto », en collaboration avec la société « Opera della Marca ». « Le fait d'être placé devant est valorisant pour l'enfant », témoigne un couple d'usagers français cité par « L'info durable ».

Un vélo éthique

Si le Hugbike leur est destiné, les personnes autistes en sont aussi les fabricants. Un groupe de jeunes autistes participe en effet à tout le processus d'assemblage des vélos, assisté par des professionnels dans le cadre d'une coopérative. "Nous voulons leur donner l'opportunité d'être intégrés dans un environnement de travail, qui est un important vecteur d'inclusion sociale", motive Mario Paganessi. Cette initiative participe à créer « un futur dans lequel les personnes souffrant de handicap peuvent vivre avec la dignité qu'ils méritent ».

Inspirés par ce projet, Gino Verrelli et son épouse, un couple de Français parents d'un enfant autiste de 11 ans, ont acheté un exemplaire de ce vélo pas comme les autres avec l'aide du Rotary Club de Rennes. L'engin est proposé en prêt aux parents membres de leur association, autour de laquelle ils souhaitent également développer un projet (un bistrot, café et traiteur italien) permettant d'intégrer les jeunes autistes au monde "ordinaire".

© Hugbike