Planète

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) se réunit à Dubrovnik à partir de lundi. Les représentants des 195 pays qui le composent doivent élire son nouveau Comité exécutif. Candidat à la Présidence, Jean Pascal van Ypersele se dit "très confiant" et affiche clairement ses ambitions. Entretien.


Comment se déroulera l’élection du Comité exécutif du Giec ?

Les cinq scientifiques qui prétendent à la Présidence du Giec - dont je fais partie - seront départagés par les 195 pays membres de l’organisation. Chaque pays dispose d’une voix. Dès dimanche soir, les différents représentants commenceront à se concerter avant de voter pour le Président, le co-président, les vice-présidents, puis tous les autres membres du comité exécutif de l’organisation. Ce qui prendra plusieurs jours. C’est un puzzle extrêmement complexe à mettre en place parce que chaque région (Afrique, Europe, Amériques,…) doit être représentée au sein du Comité exécutif. Le secrétariat s’attend donc à ce qu’on ne connaisse pas le nom du nouveau président avant mardi soir.

(...)