La Belgique, pays européen où le taux de mortalité des abeilles est le plus important

AFP Publié le - Mis à jour le

Planète

La Belgique est le pays d'Europe où le taux de mortalité des abeilles a été le plus important durant l'hiver 2012-2013, ressort-il d'une étude publiée lundi. Au moins 33,6% des abeilles, dont le rôle dans la pollinisation est important pour l'agriculture, n'ont ainsi pas survécu jusqu'au printemps. La mortalité est en moyenne plus faible qu'attendu dans les 17 pays qui ont fait l'objet de cette étude, a néanmoins précisé le Commissaire européen à la Santé Tonio Borg. L'an dernier, la Commission européenne avait décidé d'interdire quatre pesticides en raison des dégâts que ces produits causent aux populations d'abeilles.

L'étude de l'hiver 2012-2013 montre une différence claire entre le nord et le sud de l'Europe. En Grèce, en Italie, en Espagne, en Hongrie et en Slovaquie, moins de 10% des abeilles ont ainsi perdu la vie, un pourcentage considéré comme acceptable.

En revanche, la situation est plus inquiétante au Danemark, en Suède, en Finlande, en Estonie et au Royaume-Uni. Le taux de mortalité y a en effet dépassé les 20%. C'est en Belgique que l'on a enregistré le plus de décès chez les abeilles. Plus d'un tiers (33,6%) de la population n'a pas survécu à l'hiver.

Dans le cadre de cette étude, 32.000 colonies d'élevage ont été passées à la loupe. Les abeilles sauvages n'ont pas bénéficié de la même attention alors que leur situation est encore plus préoccupante, a ajouté Tonio Borg.

L'expérience a été reconduite durant l'hiver qui vient de se terminer.

Publicité clickBoxBanner