Planète

Le monde de l’astronomie est en ébullition, particulièrement ces dernières heures. Tous les télescopes sont braqués vers Ison, une comète qui devrait frôler le Soleil ce jeudi 28/11. Du jamais vu depuis 1965. Elle pourrait être " la comète du siècle ", vu sa brillance. Si elle survit à ce passage près du Soleil…

Un "astéroïde" de glace

Les comètes sont de gros cailloux qui se baladent dans l’espace. Comme les astéroïdes, les comètes font parties "des petits corps du système solaire". Mais si le noyau d’un astéroïde est fait de roche, celui d’une comète est composé pour moitié de roche et pour moitié de glace d’eau. Les comètes sont conservées au fin fond du système solaire, dans "le nuage de Oort". "De là, elles mettent des millions d’années pour atteindre le Soleil", explique Emmanuel Jehin, astronome à l’ULg. Il existe des comètes périodiques, qui circulent sur des orbites plus petites, telle Halley, qui met 76 ans pour faire son tour du Soleil. Ison, elle, risque de ne jamais revenir, ou dans des milliers d’années.

Exceptionnellement brillante

Alors qu’elle était très loin du Soleil lors de sa découverte (en 2012) , "Ison était déjà fort brillante, laissant présager une comète assez grosse et fortement active. C’est souvent le cas pour les comètes qui ont un 1er rendez-vous avec le Soleil" . Mais ce qui est particulier avec Ison, c’est qu’elle passera très près de la surface du Soleil. Le point de son orbite le plus rapproché du Soleil se trouve à 1,17 million de km de celui-ci. "Elle passera en rase-mottes au-dessus du Soleil le 28/11" , précise Emmanuel Jehin. Sa surface sera portée à une température de 2 700 degrés, alors qu’elle vient d’une région glaciale. Lorsqu’une comète s’approche du Soleil, elle se "sublime" : la glace qu’elle contient passe de l’état solide à l’état gazeux. Cette " étoile à chevelure " est pourvue d’une queue lumineuse : il s’agit de gaz et de poussières, qui sont éjectés du noyau, lorsque la comète s’approche du Soleil. Cette éjection de matière dans l’espace, c’est l’activité de la comète, qui cause sa brillance. Certains appellent Ison " la comète du siècle ". "Ces dernières semaines, la comète était de plus en plus brillante et j’ai pu l’observer aux jumelles , note Emmanuel Jehin. Mais elle pourrait devenir ensuite visible à l’œil nu et le spectacle pourrait alors être magnifique en décembre. Cela pourrait être la plus belle comète depuis des dizaines d’années. Ison est déjà 100 fois plus brillante que la dernière comète en date." Tout cela, si elle survit à son passage près du soleil.

Mauvais présage

L’arrivée d’Ison soulève des craintes dans le grand public. Certains, convaincus qu’il s’agit d’un avertissement lancé par Dieu avant une catastrophe, relayent leurs superstitions sur Internet, tandis que d’autres croient déceler le passage de la comète dans un texte de Nostradamus. Ce genre de réaction n’est pas nouveau, selon M. Jehin. "Dans le passé, nos ancêtres étaient affolés par les comètes. Ils connaissaient bien les astres et les étoiles. Mais les comètes étaient imprévisibles. Dans l’Histoire, les comètes étaient en général reliées à de mauvais présages." Certains évoquent aussi à propos d’Ison de possibles catastrophes, comme la retombée de morceaux sur la Terre. "Impossible : Ison ne présente aucun danger. Elle est très loin de la Terre. Au plus proche elle passera à 70 millions de km." Et si la comète se désintègre à cause de sa proximité avec le Soleil, aucune chance que les débris nous atteignent, vu la distance. La Terre pourrait traverser la queue de la comète en janvier, mais c’est sans danger : "La densité de la queue, faite de gaz et de poussière plus faible que la fumée d’une cigarette. Au mieux, cela pourrait provoquer une pluie d’étoiles filantes." Certains craignent que l’éventuelle collision de la comète avec le Soleil crée des tempêtes solaires. Celles-ci perturbent satellites et réseaux électriques et sont créées par des explosions à la surface du soleil. "Il y a très peu de chance que cela se produise. Il faut comparer la dimension de la comète (quelques kilomètres de diamètre au plus) et celle du Soleil (près de 1,5 million de km). Pour lui, ce n’est rien du tout !"

Danger de mort imminente

La comète court plus de risques que nous : il se pourrait bien qu’à l’approche du Soleil, la comète "fonde" et se désagrège : "Le noyau est fait d’une agglomération de ‘mini-astéroïdes’ de roche et de glace avec beaucoup d’espaces vides. Il est très fragile." Les scientifiques sont partagés quant à la survie de la comète après sa rencontre avec le Soleil. D’autant que les comètes déjouent souvent les pronostics. Dimanche, selon les satellites, la comète était encore entière. Lundi, des mesures montraient qu’Ison perdait de sa brillance. Les dernières mesures des radiotéléscopes hier soir montraient un fort affaiblissement de la comète. Peut-être un signe de sa désintégration. On devrait en savoir plus ce mardi, voire jeudi. "Si elle ne casse pas, elle pourrait avoir une queue de plus de 100 millions de km dans l’espace. Le spectacle sera alors exceptionnel depuis les bons sites, loin des villes."

Observation

Pour voir Ison - si elle survit au voisinage du Soleil - àl’œil nu, il faudra se tenir dans un site avec un horizon bien dégagé vers l’Est, et regarder dans cette direction une heure avant le lever du Soleil, durant les 10 premiers jours de décembre.

Quelques dates

- 44. Les civilisations grecques et romaines accordaient une grande attention aux comètes. L’une des comètes les plus marquantes de l’Antiquité fut associée à l’assassinat de Jules César.

453. Depuis l’Antiquité, beaucoup de passages de comète ont été associés à une mort illustre, parfois avec des années de décalage. C’est le cas de la comète de 451 pour la mort d’Attila en 453, par exemple.

1066. La comète de Halley est apparue avant la bataille de Hastings. Elle figure sur la tapisserie de Bayeux, qui évoque cette bataille. Pour beaucoup, un mauvais présage pour Harold, roi d’Angleterre, mais de bon augure pour Guillaume…

1610. L’assassinat d’Henri IV en 1610 fut pour beaucoup la réalisation des prédictions funestes émises à l’occasion du passage de la comète de Halley, en 1607.

1997. Lors du passage de la comète Hale-Bopp en 1997, 39 membres de la secte américaine Heaven’s Gate se donnèrent la mort le 26 mars. Ils voulaient que leurs âmes puissent rejoindre un vaisseau spatial qu’ils pensaient caché dans le sillage de la comète, et transportant Jésus.