Planète La pyrale du buis, papillon de nuit originaire d’Asie Orientale, dont les chenilles ont été responsables de gros dégâts en Région bruxelloise en 2017, a fait son retour dans la capitale.

Après avoir constaté les premiers dégâts liés au retour de la pyrale du buis dans certains parcs dont ils ont la gestion, les services de l'administration bruxelloise de l'Environnement ont mis en place une série de mesures afin d’endiguer au plus vite la progression de cet insecte ravageur dans ces espaces verts. Les parcs concernés sont les Jardins du fleuriste, le Jardin Colonial, le Parc Sobieski et le Parc du Cinquantenaire.

Bruxelles Environnement invite les autres pouvoirs publics et les particuliers à la vigilance et à intervenir sans tarder si la situation l'exige.

Les buis les plus sévèrement atteints en 2017 sont progressivement remplacés par d’autres espèces, explique l'administration qui a recours à des produits pesticides autorisés en agriculture biologique dans les espaces verts soumis au régime de classement ou dans le cas d’arbustes d’intérêt patrimonial.

Des pièges à phéromones spécifiques à la pyrale du buis sont placés dans les espaces verts afin d’assurer un suivi des populations de papillons adultes et cibler au mieux les interventions

Bruxelles Environnement rappelle également aux particuliers qu'il faut impérativement éviter de remplacer les buis attaqués l’an dernier par de nouveaux plants de buis. Il est recommandé d’arracher les plantes isolées fortement atteintes, car elles constituent un foyer pour la propagation. Par ailleurs, de nombreux végétaux supportant des tailles régulières existent comme alternative.

Trois critères

Enfin, l'administration bruxelloise  souligne les  trois critères permettant de détecter la présence de ces chenilles:

  1. Les chenilles s’observent exclusivement sur le buis, peu importe la variété
  2. Les chenilles sont reconnaissables à leur tête noire luisante et leur corps vert clair, strié longitudinalement de vert foncé.
  3. La présence de chenilles s’accompagne d’une toile en fil de soie autour des rameaux et des feuilles, ainsi que de crottes vertes au pied du buis.

En ce début d’année, seules les chenilles, mesurant entre 2 et 3 cm, sont observables. Les premiers vols de papillons adultes sont attendus dans le courant du mois de mai/juin.