Planète

Elle n’avait pas fait son nid en Wallonie depuis 1999. La spatule blanche, un oiseau élancé au plumage blanc qui doit son nom à son fameux long bec noir en forme de spatule, est aujourd’hui présente en terre wallonne. La dernière nidification en Europe remonte à 1555, mais la spatule blanche a de nouveau été aperçue en France à partir de 1981. Depuis, elle est en expansion sur tout le continent.

Dans le Hainaut, non loin de la frontière française, la réserve naturelle des Marais d’Harchies s’étend sur plus de 550 hectares. Une mine à charbon animait autrefois les lieux. L’arrêt du charbonnage date de 1964, et les marécages sont nés de l’effondrement de la mine à charbon.

Zone de quiétude

Sur le chemin qui mène à l’étang de van Damme - anciennement appelé l’étang de la pompe brûlée -, circulait jadis un petit train rempli de charbon. Aujourd’hui, il y a comme un air de paradis dans la petite cabane en bois qui surplombe le point d’eau. La fenêtre panoramique de l’observatoire s’ouvre sur une eau verdâtre, entourée d’arbres de toutes sortes. Un vent léger anime les roseaux et fait danser les feuilles des peupliers. Les cygnes glissent à l’horizon, tandis que des libellules viennent colorer le tableau. Rien ne peut venir troubler la béatitude des lieux.

C’est dans cette zone de quiétude, partie marécageuse strictement fermée au public, que le bel oiseau blanc a élu domicile. Perchés dans les arbres au-dessus des eaux, deux nids accueillent trois spatules juvéniles. Une quinzaine d’oiseaux se laissent pourtant observer à la jumelle, mais certains ne sont que de passage.

Oiseau de nuit

La spatule blanche est surtout active la nuit : elle préfère dormir le jour et se nourrir le soir venu. Petits poissons et crustacées constituent l’essentiel de son alimentation. De bien petites proies, pour un animal de sa taille.

Si les spatules nichent dans les arbres et arbustes, suspendues au-dessus des marécages, c’est parce qu’elles sont attirées par la faible profondeur des eaux, qui ne dépassent pas 1m50 de fond. Cet animal sauvage aime patauger en zone humide.

Plumage nuptial

Volatile principalement muet, il lui arrive toutefois de claquer du bec. A noter que les oiseaux juvéniles se distinguent des adultes - qui ont la pointe du bec jaune - par leur spatule rosâtre. Et quand vient la saison des amours, l’adulte revêt son plumage nuptial. La spatule se coiffe alors d’une huppe jaune-orangée et un collier de même couleur naît à la base de son cou.

Normalement, la spatule ne se mélange pas à d’autres espèces au moment de sa nidification. Dans les marais d’Harchies en revanche, elle côtoie volontiers des hérons, à l’instar du garde-bœuf, et d’autres volatiles. Car l’ornithologie n’est pas une science exacte. Et les Marais d’Harchies comptent de nombreux autres habitants sauvages : pas moins de 250 espèces d’oiseaux peuplent ce lieu où l’animal est roi.