Planète

Les ministres fédéraux de l’Environnement, Marie-Christine Marghem, et de l’Agriculture, Willy Borsus (MR), ont présenté mercredi chez un apiculteur de Rebecq les grandes lignes d’un "plan abeilles 2017-2019", associant leurs deux ministères ainsi que celui de la santé.

Le contenu a été défini avec le secteur apicole et a quatre ambitions : aider les apiculteurs, mieux comprendre les racines du problème de la mortalité des abeilles, mieux maîtriser les risques de l’activité et mobiliser tous les acteurs concernés.

Renforcer le rôle des vétérinaires

Une "task force" réunira aussi les différents organismes compétents. Seront notamment intégrés dans cette "task force" les SPF Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement, l’AFSCA ainsi que l’agence fédérale des médicaments et des produits de santé. Ce "plan abeilles" comprend huit volets, qui seront présentés au secteur lors d’un colloque national organisé le 15 mai au Musée des sciences naturelles à Bruxelles.

Il s’agira notamment d’améliorer la disponibilité des produits vétérinaires nécessaires aux soins apicoles et de renforcer le rôle des vétérinaires dans la gestion de la santé des abeilles.

Une véritable guidance vétérinaire sera ainsi mise en place concernant la varroase (parasite de l’abeille), et 100 000 euros ont été dégagés pour l’organiser.

Le plan prévoit aussi de développer des outils pour améliorer la lutte contre les maladies apicoles, l’établissement d’un monitoring de la mortalité des abeilles domestiques, l’identification et l’évaluation des risques liés aux produits phytopharmaceutiques, ou encore la prévention des risques liés à l’introduction d’espèces invasives.