Planète Les députés européens ont interdit ce mardi sur cette technique.

"A l’heure où les Etats européens ont souscrit aux objectifs de l’Union européenne et de l’Onu visant à mettre en œuvre une pêche durable, la pêche électrique, interdite ailleurs dans le monde, émerge en Europe à contretemps de l’histoire", dénoncent 249 députés européens dans une tribune au "Monde". Ce mardi, les eurodéputés ont voté l'interdiction totale du recours à la pêche électrique, une méthode controversée employant un courant impulsionnel pour faire sortir les poissons des fonds marins et les diriger dans les filets. Officiellement interdite dans l'Union européenne depuis 1998, cette technique pouvait toutefois être employée via l'octroi de dérogations accordées depuis 2007 "à titre expérimental".

Un scandale, pour de nombreux scientifiques, pêcheurs et Etats, notamment la France, qui s’opposait fermement à cette technique de pêche. Jeudi dernier, plus de 200 chefs cuisiniers européens, parmi lesquels de nombreuses grandes toques, ont signé un manifeste contre la pêche électrique en Europe, s’engageant "à n’acheter aucun produit de la mer issu de cette méthode".

Actuellement, une dérogation à titre expérimental, qui s’applique dans une zone du sud de la mer du Nord, a principalement bénéficié aux pêcheurs néerlandais. Au mois d’octobre, Bloom, une ONG spécialisée dans la défense des océans et de la pêche durable, a déposé plainte contre les Pays-Bas auprès de la Commission européenne, les accusant d’avoir illégalement autorisé des navires à pratiquer la pêche électrique. La semaine dernière, plusieurs organisations environnementales et de pêcheurs ont également accusé la Commission d’avoir cédé aux lobbies néerlandais de la pêche industrielle en ignorant un avis défavorable de son comité scientifique.

La technique de pêche électrique consiste à placer des électrodes sur les filets entraînés par les chaluts pour envoyer des impulsions électriques dans le sédiment. Les poissons benthiques, vivant au fond des mers, sont assommés et remontent vers la surface les rendant très faciles à capturer.

D’après les pêcheurs néerlandais, cette technique permettrait de moins abîmer les fonds marins que la pêche au chalut conventionnelle et les navires seraient moins gourmands en carburant. Bloom affirme cependant que les chaluts électriques endommagent les fonds marins et craint un "épuisement accéléré des ressources marines" à cause de "l’hyper-efficacité" de cette technique "destructrice" qui "vide l’océan de façon inexorable" : "Il est urgent de comprendre le risque associé au chant des sirènes des industriels et de refuser la désertification de l’océan, la disparition de la pêche artisanale et l’effondrement d’un secteur économique entier."

© AFP