Planète Le projet Nassonia est mort. Vive Nassonia II ? Le projet de "forêt rendue à la nature" tel qu'imaginé par Eric Domb à Nassogne - mais dont la version initiale a été enterrée par le conseil communal de Nassogne jeudi soir - pourrait réapparaître sous une autre forme... Juste à côté. Mais Eric Domb sera-t-il de la partie ? A ce stade, il ne l'a pas confirmé. Dans une lettre à ses soutiens envoyé en début de matinée, il affirme au contraire que le dossier Nassonia est fermé et qu'il n'en rouvrira pas d'autre. "La messe est dite".

Projet de la Région wallonne
 
Ce nouveau projet est une initiative de la Région wallonne. Elle aimerait implanter un projet écologico-touristique de type Nassonia sur le Domaine de Saint-Michel-Freyrmême massif forestier que le projet initial de Nassonia, non loin de la Barrière de Champlon et de la ville de Saint-Hubert. Il s'agit d'une partie des anciennes chasses de la Couronne. Le Roi Baudouin avait cédé ses droits de chasse en 1982, et voulait faire du site un modèle de gestion de la chasse, de la faune et de la flore et en faire aussi un lieu de recherche et à vocation pédagogique. La Région a pris le relais dans cet esprit. Une convention a été signée entre les deux parties pour la chasse, organisée par un conseil de gestion.
En outre, la partie des chasses de la Couronne visée par la nouvelle version de Nassonia est une forêt "domaniale" et dépend donc directement de la Région wallone. "Un projet de type Nassonia n'est absolument pas mort en Wallonie", insiste-t-on du côté du ministre René Collin (CDH).

Celui-ci explique en effet avoir soutenu depuis le début le projet Nassonia, pour des raisons écologiques et de biodiversité, mais aussi de retombées touristiques. Une telle forêt pourrait être en effet le cadre d'un tourisme "diffus" (par opposition au tourisme de masse). Le ministre avait commandé une étude ayant pour objectif d'identifier en Wallonie, les massifs forestiers susceptibles d'accueillir des projets similaires à Nassonia. Le Domaine de Saint-Michel-Freyr est le grand gagnant de cette étude commandée à l'UCL et à Gembloux Agro-Bio Tech.



Cadre juridique spécifique
De la liste établie par les chercheurs emmenés par le Professeur Lejeune qui contenait aussi la forêt d'Anlier, de Mellier, de Herbeumont, d’Eupen, le Domaine Saint-Michel-Freyr s'est détaché, car il a un avantage incontestable : il est "domanial" et non "communal", et le propriétaire en est la Région wallonne. Pas besoin donc de passer par une commune, comme à Nassogne, pour obtenir une autorisation d'implanter un projet tel qu'imaginé par Eric Domb... La gestion en est aussi simplifiée puisqu'il n'y a qu'un seul propriétaire.
La Région wallonne a aussi travaillé à un cadre juridique spécifique, car une zone forestière gérée "à la Nassonia" (tourisme d'observation, zones protégées, chasse éthique sans nourrissage et silencieuse...) ne s'inscrit pas dans le Code forestier actuel. Il fallait cerner un modèle juridique approprié, explique le ministre Collin. Ce qui a été fait.

Appel à projet
Cela dit, les 1200 'hectares du domaine Saint-Michel-Freyr ne seraient de toute façon pas allés directement à la fondation Pairi Daiza, présidée par Eric Domb. La Région wallonne lancera un appel à projet pour la mise en place de ce Nassonia nouvelle version. Eric Domb pourrait évidemment participer, mais aussi tout autre association qui serait inspirée par une démarche similaire.. La Région wallonne veut lancer l'appel à projets avant les vacances d'été. "J'ose croire que la Fondation Pairi Daiza se montrera intéressée, dans la mesure où elle a eu l'occasion de démontrer toute son expertise", note encore René Collin.



Domb referme son dossier et accuse le lobby des chasseurs

Mais Eric Domb lui, dans une lettre à ses soutiens nassognards, assure qu'il "n'y a pas de plan B". "Je referme le dossier Nassonia". "Et n'en rouvre pas d'autre". Il reste très amer :" Quel gâchis, mes amis, quelle occasion manquée !", insiste-t-il, s'en prenant aux chasseurs et à la commune avec qui il avait "la signature d'un préaccord" et qu'il accuse implicitement d'avoir cédé "aux pressions exercées par le lobby des chasseurs". Et d'ajouter : "sans doute certains manquent-ils encore de courage pour résister à l'appel de l'argent lancé par quelques milliardaires amoureux de la gâchette." "Peut-être sommes-nous arrivés trop tôt avec ce projet', écrit-il encore, avant d'expliquer qu'il laisse à présent la main à d'autres, comme la Région wallonne. Du côté de la Région, on affirme cependant qu'il sera bien candidat à l'appel à projet Saint-Michel, et qu'il ne s'exprimait jusqu'ici que par rapport à Nassogne. On ne dit rien de tel du côté d'Eric Domb, son équipe assurant que la seule réaction officielle à la situation est cette lettre matinale et qu'Eric Domb ne s'exprimera pas sur la proposition de la Région wallonne.

La lettre d'Eric Domb :



Les neuf critères de l'étude universitaire


1 ) La taille du bloc : plus de 1.000 ha

2) L’unicité du propriétaire ou du moins du gestionnaire

3) L’exclusion des domaines militaires

4) L’inclusion dans un massif forestier wallon afin de rencontrer la dimension touristique

5) La proportion de peuplements de résineux afin d’évaluer les possibilités de renaturation rapide.

6) Présence importante de Natura 2000

7) Présence importante de veilles forêts

8) Présence de zones ouvertes et/ou de pas d’eau

9) Présence d’enclave