Planète  La Nasa a annoncé jeudi soir avoir détecté une série de composés organiques à la surface de la planète Mars, ainsi que du méthane. C'est à ce stade une des preuves les plus fortes que la planète rouge a pu abriter la vie. 

C'est le robot mobile Curiosity, présent sur Mars, qui a fait ces découvertes. Les molécules organiques sont les premières briques nécessaires à l'éclosion de la vie, mais elles peuvent aussi être produites par des réactions chimiques qui ne sont pas liés à la vie. Et les scientifiques de la Nasa ont bien insisté lors de la présentation des résultats jeudi soir : à ce stade, on ne peut pas encore dire si ces composés ont été créés par des processus biologiques. Même chose pour le méthane. Michelle Thaller, astronome qui s'exprimait depuis le Goddard Space Flight Center, a d'aillers prévenu dès le début de la conférence: "Je ne vais pas annoncer la découverte de traces de vie sur Mars."



Il y a trois sources possibles pour les matériaux organiques,” a expliqué pour sa part l' astrobiologiste Jennifer Eigenbrode du Goddard Space Flight Center au Maryland. La première serait la vie, dont on ne sait rien du tout, la seconde serait des météorites, et la dernière, des processus géologiques, c'est-à-dire les processus de formation des roches eux-mêmes."

De premières détections de molécules organiques sur Mars avaient déjà eu lieu en 2014, mais elles étaient beaucoup plus limitées. "Ce que ces détections dans les roches permettent de faire, c'est d'enrichir l'histoire de l'habilitabilité de la planète, a poursuivi Jennifer Eigenbrode. Cela nous dit que l'ancien environnement de Mars a pu supporter la vie. Tout ce qui était nécessaire à abriter la vie était là. Mais cela ne nous dit que la vie était là."