Planète

Le pergélisol arctique contient des quantités insoupçonnées de mercure, un puissant neurotoxique. Avec le réchauffement, ce poison risque de se disséminer dans l’environnement et les chaînes alimentaires.

Plus les dérèglements climatiques s’accentuent, plus les surprises désagréables s’accumulent. Publiée il y a quelques semaines, une étude réalisée par une équipe de scientifiques américains est venue mettre en évidence un nouveau problème potentiel, dont l’ampleur restait insoupçonnée jusqu’ici.

Selon ces chercheurs liés à l’Institut d’études géologiques des Etats-Unis, le pergélisol de l’Arctique contient en effet des quantités considérables de mercure. D’après leurs calculs, ces couches de sol constamment gelées en renfermeraient quelque 1656 kilotonnes, soit quasiment deux fois plus que tout le mercure présent dans les sols, l’atmosphère et les océans de la planète rassemblés. Des chiffres qui bousculent toutes les estimations existantes.

(...)