Planète

Le risque de voir se combiner les catastrophes climatiques est sous-estimé, selon une nouvelle étude.

D’ici à la fin du siècle, certaines régions du monde pourraient faire face à des catastrophes climatiques multiples, jusqu’à six en même temps, de la canicule aux incendies en passant par les inondations, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Climate Change. Les émissions de gaz à effet de serre à l’origine du changement climatique sont déjà responsables de l’augmentation de la température de la planète. Dans les régions sèches, cela peut conduire à la sécheresse voire à des incendies dévastateurs. Dans les zones plus humides, pluies et inondations se multiplient tandis que des super tempêtes se forment au-dessus des océans réchauffés.

Pour la plupart issus de l’Université d’Hawaï, les auteurs de ces travaux ont analysé près de 3300 études publiées depuis 1980 et traitant des changements climatiques. Ils se sont penchés sur dix aléas spécifiques (incendies, inondations, augmentation du niveau de la mer, tempêtes, sécheresses, acidification de l’océan...) et ont regardé leur impact sur six aspects de la vie humaine (santé, alimentation, eau, économie, infrastructure et sécurité). En analysant les interactions entre ces informations, ils ont mis en évidence, le fait que l’humanité était déjà affectée de multiples manières par les dérèglements du climat.

Des impacts conjugués

Jusqu’à maintenant, les scientifiques étudaient ces catastrophes principalement par type. Mais l’étude, publiée lundi, met en garde contre la possibilité, voire la probabilité qu’elles se déchaînent en cascade. L’an dernier la Floride a, par exemple, subi une grave sécheresse, des températures records, une centaine d’incendies et l’ouragan Michael.

La probabilité de cette simultanéité dépend de la géographie et des efforts à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Si, comme le prévoit l’accord de Paris sur le climat de 2015, le monde parvient à limiter son réchauffement au pire à +2°C, New York subira probablement un aléa climatique unique chaque année à la fin du siècle. Mais si les émissions de C02 continuent au rythme actuel, la mégalopole américaine pourrait en subir jusqu’à quatre en même temps, tout comme Mexico; Sydney et Los Angeles trois et les côtes atlantiques brésiliennes cinq. Même selon les scénarios optimistes, “l’exposition cumulée et croissante à une multitude d’aléas climatiques va frapper les pays riches et pauvres de la même façon”, souligne l’étude.