Planète

Le gouvernement américain a mis fin à une mesure qui interdisait l'utilisation de pesticides qui seraient responsables du déclin des populations d'abeilles et proscrivait des cultures génétiquement modifiées dans des réserves naturelles du pays, rapportent samedi plusieurs médias. Ces deux interdictions avaient été décrétées par le prédécesseur de Donald Trump, Barack Obama. Le levée de l'interdiction d'utiliser des néonicotinoïdes dans des réserves naturelles est parue dans une publication du Service américain en charge de la pêche et de la faune (The U.S. Fish & Wildlife Service). Ces insecticides seraient responsables d'un important déclin des populations d'abeilles. Les papillons et autres pollinisateurs seraient aussi menacés par l'utilisation de ces produits.

L'autre mesure autorise à présent les agriculteurs à planter des cultures génétiquement modifiées comme du maïs ou du soja dans les réserves naturelles du pays.

Selon Greg Sheehan, vice-directeur du Fish and Wildlife Service, l'usage d'organismes génétiquement modifiés doit aider à "maximiser la production". Il a soutenu que la levée de ces interdictions ne signifiait pas que les OGM et les pesticides seraient utilisés dans toutes les réserves naturelles en question. Leur utilisation sera décidée "au cas pas cas".