Les requins veulent-ils nous exterminer?

BdO Publié le - Mis à jour le

Planète

Sur la côte ouest de l'Australie on tremble. Les requins blancs, ces immenses poissons de 7 mètres de longs rôdent dans les parages, découpant les flots de leur aileron tant redouté. Armés de leurs 300 dents tranchantes et de leur poids de deux tonnes, ils sèment la terreur parmi les vacanciers.

Ce 23 juillet, un tel requin a d'ailleurs tué un surfeur sur l'île de La Réunion, provoquant ainsi la cinquième attaque en dix mois. En Australie, du coup, on ferme des plages et on demande instamment de pouvoir tuer ces effrayantes créatures.

Et pourtant, que nous ont réellement fait les requins blancs se demande le Daily Telegraph? Sont-ils les plus féroces? Pourquoi sont-ils capables de nous faire si peur alors qu'ils font bien moins de victimes que les hippopotames ou les éléphants dont nous nous méfions si peu?

Pour Richard Peirce, interrogé par le journal et président de la Fondation britannique pour la protection des requins, nous devrions les laisser un peu tranquilles et arrêter de croire que nous sommes au centre de leur attention.

D'abord parce que nous ne sommes pas bons. Loin de là même. Notre corps se compose de tendons et de cartilages emberlificotés dans des combinaison en caoutchouc. Imaginez plutôt un phoque bien gras, et vous aurez compris que les requins ont vite fait leur choix. Inutile de le croire donc, nous ne sommes pas la tasse de thé des poissons à aileron. « Les attaques ont généralement lieu sur un malentendu » explique le britannique. « Le squale commence d’abord par goûter sa proie et décide ensuite de la manger ou non. Malheureusement la morsure d’un grand requin blanc de quatre mètres est souvent mortelle et une fois qu’il y a du sang dans l’eau le requin ne peut que réagir. »

Finalement, tout serait plutôt de notre faute. Nous sommes de plus en plus de surfeurs et de nageurs, nous achetons de plus en plus de canoë, de kayaks, de combinaisons de plongée qui nous permettent de découvrir des endroits reculés. Dès lors, « les probabilités d’interaction avec des requins sont plus élevées. Nous n’irions jamais nous aventurer chez les lions dans une réserve, et pourtant nous n’hésitons pas à pénétrer le territoire des requins ».

Les requins et nos profondes angoisses

Selon le spécialiste enfin, nous diabolisons les requins pour le seul motif qu'ils réveillent trois de nos angoisses les plus profondes : ils sont capables de nous manger vivant, ils nous attaquent dans la mer, un milieu naturel qui n'est pas le nôtre, et ils surgissent des profondeurs qui hantent notre inconscient et nos pires cauchemars. « Demandez à n’importe qui s’il préfère être attaqué par un lion ou un requin et il vous répondra un lion. C’est plus rassurant d’être sur la terre ferme. Les requins réactivent nos peurs les plus primitives et nos réactions n’en sont que plus irrationnelles. »

Le film « Les dents de la mer »sorti en 1975 ne fut pas un grand succès pour rien...

Publicité clickBoxBanner