Planète

Les volcans seraient sensibles au cycle lunaire, annoncent ce jeudi des scientifiques de l'Université libre de Bruxelles. C'est en tous cas la conclusion surprenante d'une étude de Corentin Caudron, chercheur au Laboratoire G-TIME de la Faculté des Sciences de l'ULB, et de ses collègues de la Nasa et de la Brown University (USA). Publiée dans Nature Scientific Reports, cette étude se penche sur l'éruption surprise du volcan néo-zélandais Ruapehu en 2007.

Les chercheurs ont étudié les vibrations du sol enregistrées sur le volcan depuis 12 ans. Ils ont découvert que ces vibrations sont en corrélation avec les cycles lunaires, pendant les trois mois précédant l'éruption. En utilisant un modèle numérique, les chercheurs suggèrent que c'est lorsque la pression dans la poche de gaz sous le cratère atteint un seuil critique que le volcan devient sensible aux marées, la marée étant causée par l'effet conjugué des forces de gravitation dues à la Lune et, dans une moindre mesure, au Soleil.

Les auteurs pensent dès lors que les marées permettraient de mettre en évidence lorsqu'un volcan risque d'entrer en éruption. Cette approche va être testée sur d'autres volcans et avec d'autres paramètres (géochimie des fluides) pour voir si elle pourrait être utilisée comme outil de surveillance des éruptions volcaniques et tenter de clarifier la nature de ce lien.