Planète

Les secours s'organisaient jeudi dans les îles des Caraïbes totalement ravagées par Irma, ouragan d'une violence inédite qui a fait neuf morts et menaçait jeudi la République dominicaine après avoir frôlé Porto-Rico. Le cyclone monstre a fait "huit morts et 21 blessés" dans la partie française de l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin, ont indiqué jeudi les secours français.

Un neuvième mort a été recensé sur l'île voisine de Barbuda, "totalement dévastée", selon Gaston Browne, le Premier ministre d'Antigua-et-Barbuda, territoire indépendant. Barbuda, qui compte environ 1.600 habitants, "n'est plus qu'un tas de décombres", a-t-il insisté.

"Les dégâts sont énormes, à tel point que nous n'arrivons pas encore à les mesurer", a déploré le ministre néerlandais de l'Intérieur Ronald Plasterk, au sujet de la partie néerlandaise de Saint-Martin.

Toits arrachés, voitures submergées, bateaux envolés comme des fétus de paille: Irma a provoqué une catastrophe qualifiée d'"Irmageddon" par le quotidien français Libération.

Semant la désolation, l'ouragan a laissé une véritable décharge à ciel ouvert sur le nord des Antilles, en particulier à Saint-Martin (70.000 habitants environ), "détruite à 95%", selon le président du conseil territorial français, Daniel Gibbs.

Le président français, Emmanuel Macron a annoncé qu'il se rendrait "dès que possible" dans les zones touchées.


La ministre française des Outre-mer, Annick Girardin, est déjà arrivée jeudi matin sur l'île française de la Guadeloupe - dont dépend administrativement Saint-Martin - avec des "renforts humains et matériels" de près de 200 personnels de secours, militaires, pompiers, médecins... Des chiens font également partie du détachement, "parce que, malheureusement, nous allons avoir du travail à Saint Barthélemy (île française voisine de Saint-Martin) où les dégâts sont très importants", a déclaré Mme Girardin à son arrivée.

La ministre s'est félicitée qu'une partie de la piste de l'aéroport de Saint-Martin ait pu être rouverte, ce qui permettra l'arrivée prochaine d'un avion militaire de reconnaissance.

"On aura beaucoup plus d'informations", a-t-elle assuré, rappelant que les "relations et les liaisons" avec les zones dévastées "sont rares et de très mauvaise qualité".

Un pont aérien devrait être mis en place dès ce jeudi entre Saint-Martin et la Guadeloupe, selon Mme Girardin, qui a également annoncé l'envoi par voie maritime de renforts et de réserves d'eau et de matériel de secours.

Interrogé sur la radio-télévision Franceinfo, le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb a prévenu que le bilan va "bouger évidemment dans la journée" et que les "informations (étaient) parcellaires".

Le président français Emmanuel Macron avait prévenu mercredi soir qu'il fallait s'attendre à "un bilan dur et cruel". La situation est d'autant plus dramatique sur Saint-Martin mais aussi Saint-Barthélemy (10.000 habitants) qu'environ 7.000 personnes avaient refusé de se mettre à l'abri.

A Saint-Martin, un journaliste de la radio RCI international a évoqué la présence de jeunes gens "en train de piller le centre-ville". "Dans certains magasins éventrés par les éléments, les gens sont allés voler mais il n'y a pas de pillage organisé", a relativisé le représentant de l'État à la Guadeloupe.

Irma, ouragan de catégorie 5, a frôlé dans la nuit de mercredi à jeudi la côte nord du territoire américain de Porto Rico, se déplaçant à la vitesse de 26 km/h vers l'ouest et la République dominicaine.

En République dominicaine, le gouvernement a ordonné les premières évacuations sur les zones littorales, même si l'œil du cyclone ne devrait a priori pas toucher l'île selon l'Office national de météo (Onamet).

Selon le National hurricane center (NHC) américain, Irma devrait ensuite progresser vers Cuba, puis la Floride, qu'il devrait toucher en toute fin de semaine.

Le président américain Donald Trump a placé les îles Vierges américaines, Porto Rico et la Floride en état d'alerte. L'évacuation des Keys, chapelet d'îles dans l'extrême sud de l'État, a été ordonnée. L'état d'alerte a été déclaré à Cuba.

A Haïti, les habitants de Cap-Haïtien semblaient eux apprendre l'arrivée de l'ouragan au gré des conversations. "Aucune autorité n'est venue nous dire quoi que ce soit", enrageait Josué Rosse.

Irma "est d'ores et déjà un ouragan historique" et "d'une intensité sans précédent sur l'Atlantique", selon Météo-France. Il est plus puissant qu'Harvey, qui a fait 42 morts au moins et ravagé le Texas et la Louisiane.

Les Caraïbes pourraient ensuite subir deux autres ouragans: Jose puis Katia, qui "pourrait toucher l'État de Veracruz vendredi soir", et impacter près d'un million de personnes, selon le gouvernement de cet État du Mexique.