Planète

"L’éléphant n’est pas un brave toutou, content d’avoir quelqu’un assis dans sa nuque”, explique le naturaliste belge Bernard De Wetter. “C’est un supplice pour l’animal qui ne demande qu’une chose: éjecter ce primate de son dos. Et, s’il ne le fait pas, c’est parce qu’il a peur de la punition, parce qu’il a atteint un état physique et psychologique qui lui fait tout accepter. Il faut absolument le savoir.”

Si l’on prend la peine d’ouvrir les yeux, on réalise vite que quelque chose cloche dans les camps touristiques commerciaux et industriels en Asie du Sud-Est, en Thaïlande en particulier.

Déifié, apprivoisé et humilié. Comment l'éléphant d’Asie peut-il être devenu tout cela à la fois ?

© IPM