Planète Ni animal ni végétal, dépourvu d'yeux, de neurones et de cerveaux, la créature dénommée "blob" suscite la curiosité des scientifiques pour une raison bien spécifique : il dispose de ce qui aujourd'hui se rapproche le plus d'une intelligence extraterrestre.

Souvent de couleur jaunâtre et existant depuis plus d'un demi-milliard d'années, le Physarum polycephalum, de son vrai nom, se répand dans les forêts sous forme de mucus. Unicellulaire à la base, cet individu peut à terme recouvrir des surfaces de plusieurs mètres carrés, pour former un corps commun appelé plasmodium.

Sans limite de taille et résistant, il est capable de s'étendre dans tout type d'espace et dans toutes les directions pour se nourrir. S'il trouve de quoi se sustenter, il se développera sans fin mais se rétractera dans le cas contraire et trouvera un chemin alternatif.

Et ce n'est pas tout puisque cette créature serait également pétrie d'une intelligence certaine, ou d'une certaine intelligence. Lors d'études menées par des scientifiques, le blob a cette tendance a sortir des boîtes de Pétri, utilisées dans les laboratoires.

Plus surprenant encore, alors qu'il était placé sur une reproduction microscopique de la région de Tokyo avec des sources de nourriture à la place des villes, il a reproduit le plan du réseau ferroviaire en à peine quelques heures.

Particulièrement compliqué à classer dans la catégorie des vivants, il a finalement été catégorisé en tant que amibozoaire, soit un groupe de protozoaires, des êtres vivants composés d'une seule cellule et unique avec un noyau propre à chacun, et capables de s'alimenter de proies à l'aide d'un orifice s'apparentant à une bouche.