Planète

Couverte de déchets en plastique, une des îles les plus isolées du monde, dans le sud Pacifique, est la preuve même que la pollution des océans est gigantesque. Non seulement, c'est sale, mais cette négligence menace les écosystèmes marins.

Ici, nous sommes sur l'île Henderson. Certes, elle est déserte, à plus de 5000 kilomètres du premier grand centre urbain. Cet atoll des îles britanniques Pitcairn mesure 47 km² et n'est visitée que tous les cinq ans pour des expéditions scientifiques. Le lopin de terre en plein coeur de l'océan a tout du lieu paradisiaque, pourtant ses plages sont jonchées de 38 millions de morceaux de plastique. La raison ? L'île est située à proximité du gyre, un gigantesque tourbillon dans lequel s'accumulent les déchets des bateaux et de l'Amérique du Sud.



671 plastiques au mètre carré !

Dernièrement, une ONG britannique, la "Royal Society for the Protection of Birds", a relevé jusqu'à 671 morceaux de plastique au mètre carré sur les plages de Henderson. Il s'agit de la plus forte densité de déchets jamais mesurée. Avec leurs échantillons, les scientifiques ont estimé que l'île englobe plus de 17 tonnes de déchets. Certains étant bien enfoncés en profondeur dans le sable, il est même possible qu'ils sous-estiment l'ampleur du désastre.

L'impact des déchets plastiques dans la nature est énorme, dans les eaux également. On estime d'ailleurs à 110 millions de tonnes, la quantité envahissant les océans. Ce sont des obstacles de taille pour certains animaux, comme les tortues, qui ne peuvent accéder aux plages pour pondre. D'autres, comme les poissons, mammifères marins, crustacés, oiseaux, les avalent et risquent la mort.