Planète

A l'heure actuelle, les agriculteurs reçoivent l'essentiel de leurs informations par l'intermédiaire des firmes, déplore le Professeur Bruno Schiffers. Mais celles-ci sont conscientes de la nécessité de développer des alternatives de bio-contrôle, qui font appel à des insectes ou des micro-organismes, par exemple. Un marché en plein boom !

© Flémal