Planète

L'aéroport de Zaventem est non seulement l'aéroport européen impactant le plus les riverains, mais également la première source de pollution respiratoire sur Bruxelles et les communes avoisinantes du Brabant flamand, ressort-il des conclusions du think tank Cœur Europe. Ce dernier s'est penché sur les émissions de particules fines et ultrafines par les avions survolant la capitale. "Avec 400 décollages par jour dès le printemps, ce sont plus de 300.000 litres de kérosène qui seront brûlés quotidiennement par les avions au décollage de l'aéroport de Zaventem", calcule Cœur Europe. "Ce chiffre est légèrement supérieur à la consommation totale essence et diesel des 190.000 véhicules utilisés quotidiennement par les habitants de la Région de Bruxelles-Capitale sur Bruxelles", ajoute le think tank

Si la pollution sonore concerne avant tout les personnes directement survolées, la pollution respiratoire a des effets néfastes sur l'ensemble de la population de Bruxelles et de ses alentours, souligne Jean-Noël Lebrun, membre fondateur de Coeur Europe.

Le dossier complet est à lire dans la Sélection LaLibre.be (seulement 4,83€ par mois).