Politique belge

Les socialistes de Schaerbeek ont très peu goûté l'annonce faite ce jeudi par la Liste du Bourgmestre (Défi-Libéraux-Indépendants) et les Verts. Ces derniers ont annoncé qu'ils comptaient poursuivre leur travail commun dans la gestion de la commune après les élections d'octobre. Les deux formations ont affirmé vouloir, "dans un souci démocratique", informer les électeurs de leurs intentions avant le vote.

Selon eux, cela n'exclut pas d'emblée le CDH, membre de la majorité actuelle, pour autant que le résultat électoral lui donne un poids suffisant. Actuellement, le CDH n'a plus que deux conseillers communaux sur les quatre qu'il avait obtenus en 2012.

Dans un communiqué, la liste PS-sp.a fustige la décision prise. "Défi et Ecolo-Groen souhaitent se protéger contre les critiques mutuelles sans pour autant défendre solidairement leur bilan devant les électeurs et électrices. Cet accord est un désaveu cinglant pour ceux, écartés de l’accord, sur qui Défi et Ecolo-Groen feront incomber les échecs de la majorité", écrivent les socialistes.

Matthieu Degrez, tête de liste PS-sp.a., estime que cet accord va favoriser "les Schaerbeekois les plus aisés, laissant une partie importante de la population sur le bord de la route". Et de citer quelques exemples : "les situations de mal-logement se sont multipliées et aggravées, particulièrement dans les logements sociaux. Le nombre de bénéficiaires du CPAS a explosé en 10 ans. La sécurité routière est déficiente. Il n’y a pas de solution pour le stationnement en soirée dans certains quartiers, et les avancées en termes de mobilité douce sont plus que timides. Notons aussi que le précompte immobilier est l’un des plus élevés du pays".