Politique belge

Le ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux publics, Pascal Smet, a renvoyé jeudi la balle dans le camp de la secrétaire d'Etat fédérale à la Lutte contre la pauvreté, Zuhal Demir, dans la question de l'accueil de deuxième ligne pour les sans-abri à Bruxelles durant la période hivernale, qui ne serait pas encore opérationnel. "En fait, c'est elle qui est en défaut", a affirmé M. Smet (sp.a) au micro de la VRT-radio.

Mme Demir (N-VA) avait affirmé mercredi soir que l'accueil de deuxième ligne pour les sans-abri à Bruxelles n'était pas encore opérationnel. Elle avait aussi appelé, à la suite d'une réunion avec des membres des cabinets des ministres bruxellois Rudi Vervoort et Pascal Smet, la Région bruxelloise et la Ville de Bruxelles à oeuvrer avec elle à une solution.

À Bruxelles, le gouvernement fédéral fournit un refuge de nuit de deuxième ligne aux sans-abri pendant les mois d'hiver. Cette année, cette mission a été confiée à un consortium composé de la Croix-Rouge, du CAW Brussel et de Médecins du Monde.

Mais selon Mme Demir, "tous ces partenaires sont actuellement sans emploi en l'absence d'un lieu de travail".

La Société de développement pour la Région de Bruxelles-Capitale Citydev doit en effet rendre disponible un bâtiment situé à Haren et déjà utilisé l'an dernier pour l'accueil.

M. Smet a récusé jeudi matin les accusations de la secrétaire d'Etat.

"En fait, c'est elle qui est en défaut. Lorsque Elke Sleurs (la précédente secrétaire d'Etat fédérale) était compétente, nous n'avons jamais eu de problème", a-t-il déclaré.

Le ministre bruxellois se refuse toutefois à toute polémique.

"Lorsque nous avons ouvert la semaine dernière à l'avance notre centre régional, nous n'avons pas montré le fédéral du doigt. Nous devons coopérer. Elle (Mme Demir) ne doit pas en faire une polémique et se lancer dans une communication qui ne mène à rien", a-t-il dit.