Politique belge

La création d'une agence spécifique anti-drogue, destinée en particulier au port d'Anvers, n'aurait que "peu de sens", a indiqué mercredi le cabinet du ministre de la Justice Koen Geens (CD&V), à propos de cette idée du secrétaire d'État Philippe De Backer (Open Vld), tête de liste de son parti pour les prochaines élections communales à Anvers. 

"Instituer des services judiciaires spécifiques, cela va à l'encontre du principe de la police intégrée", fait-on remarquer au cabinet du ministre. En outre, l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) est déjà régulièrement associée aux enquêtes judiciaires.

Le cabinet Geens rappelle aussi l'intention du ministre de créer cinq services de police judiciaire fédérale (Anvers, Flandre orientale, Bruxelles, Liège et Charleroi) chargés notamment de la lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme. Ces services pourraient se spécialiser davantage, constitueraient une solution aux problèmes d'effectifs et pourraient agir de manière plus coordonnée, tout en étant suffisamment ancrés au niveau local, explique-t-on.

L'échange d'informations et la proactivité sont les éléments les plus importants, aux yeux du ministre. "La Justice emprunte déjà le chemin nécessaire pour cela", selon son cabinet.

Le secrétaire d'État à la Lutte contre la fraude sociale et à la Mer du Nord plaidait mercredi dans la presse flamande pour une agence anti-drogue à l'américaine, intégrant police, justice, douanes et fisc, spécifiquement pour le port d'Anvers.