Alain Mathot défendu par les socialistes… et par la N-VA

François Brabant Publié le - Mis à jour le

Politique belge

La droite flamande va-t-elle sauver Alain Mathot ? Le cas du député PS, inculpé pour corruption dans l’affaire Intradel, figurait à l’ordre du jour de la commission des poursuites, ce jeudi, à la Chambre. 

Entre les sept participants à la réunion, les échanges ont été intenses, et même tendus. A la fin du débat, seuls Raf Terwingen (CD&V) et Denis Ducarme (MR) ont pris position en faveur d’une levée de l’immunité parlementaire du bourgmestre de Seraing. En face, les opposants à la levée d’immunité étaient au moins quatre : Karine Lalieux (PS), Hans Bonte (SP.A), mais aussi, plus surprenant, deux élus N-VA, Hendrik Vuye et Zuhal Demir. Quant à Carina Van Cauter (Open VLD), elle a exprimé de sérieuses hésitations. Ces cinq-là, avec des tonalités diverses, ont dit ressentir l’impression d’un dossier à caractère politique, une forme d’acharnement judiciaire.

La commission des poursuites se réunira de nouveau jeudi prochain. D’ici là, l’administration de la Chambre est chargée de remettre une proposition de rapport à la commission. Ce texte devrait reprendre les deux argumentations, pour et contre la levée d’immunité, mais en inscrivant toutefois quelle est la tendance majoritaire. Si ce rapport est approuvé, l’étape sera alors un vote en séance plénière de la Chambre.

Les lignes pourraient encore bouger dans les prochains jours. Car selon nos informations, à la N-VA, tout le monde ne serait pas ravi par l’orientation qu’ont prise les deux représentants du parti au sein de la commission des poursuites. Dès lors, pour éviter toute pression des états-majors politiques (N-VA, mais aussi Open VLD, voire SP.A), certains opposants à la levée d’immunité d’Alain Mathot seraient tentés d’accélérer le calendrier, afin que la commission se réunisse avant jeudi prochain et rende au plus tôt son avis définitif.​