Politique belge Dimanche dernier, Bart De Wever s'est fait remarquer par une sortie qui a déjà fait couler beaucoup d'encre.

Dans un entretien accordé à De Zondag, le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers a estimé être aussi critique envers la communauté juive que musulmane. "Les juifs orthodoxes attachent aussi beaucoup d'importance aux signes extérieurs de la foi. Mais ils en acceptent les conséquences. Je n'ai encore jamais vu de juif orthodoxe à un guichet. Ils évitent les conflits. C'est la différence. Les musulmans revendiquent une place dans l'espace public, dans l'enseignement, avec leurs signes de croyance extérieurs. C'est ce qui crée des tensions."

Une intervention qui a suscité un véritable tollé dont s'est servi Alex Vizorek sur les ondes de France Inter

D'emblée, l'humoriste belge attaque Bart De Wever en ces termes, "De Wever, c'est un peu comme si Gilles Simeoni (figure emblématique du nationalisme corse) avait avalé Eric Zemmour." Et de poursuivre, "Ces propos, qui ne manqueraient pas de faire sa popularité s'ils étaient tenus dans un bar PMU d'Hénin-Beaumont (fief de Marine Le Pen), sont assez surprenants chez un homme d'Etat mais bon, les Flamands sont poujadistes, c'est la différence avec les Wallons. Je n'ai pas dit avec les Wallonnes car Charline Vanhoenacker est un bien mauvais exemple."

Alex Vizorek ne s'arrête pas en si bon chemin et va même jusqu'à estimer qu'"avec cette phrase, Bart De Wever cherche tellement le conflit qu'on dirait qu'il est musulman... Oui ça va lui faire mal ça. [...] Bref, suite à cette sortie il a fallu déminer." Est alors diffusé à l'antenne un passage de l'interview de Jan Jambon, ministre de l'Intérieur, qui défend l'idée que "personne au sein du parti n'est raciste". 

Une sortie qui amuse l'humoriste qui déclare, "en fait, De Wever fait du racisme mais sans le savoir. C'est le Monsieur Jourdain de la stigmatisation. Et le ministre que vous avez entendu, c'est Jan Jambon. Il est peut-être pas raciste mais il n'est pas halal non plus (sic.). Comme nous les Belges, nous n'aimons pas les conflits, c'est la différence avec les Français, cette affaire va s'étouffer très vite et on va continuer à être dirigé par des gens qui tiennent ou justifient des propos comme ceux-là."