Politique belge Pour André Flahaut (PS), l’heure du mea culpa est déjà passée.

Le nouveau gouvernement wallon a annoncé une flopée de mesures sur la bonne gouvernance. Qu’en pensez-vous ?

"Qu’il faut rendre à César ce qui appartient à César. Ce qui m’irrite le plus, en matière de bonne gouvernance, c’est qu’ils mettent sur la table une série de dispositions qui ont été préparées en cuisine par leurs prédécesseurs. Je pense notamment à Pierre-Yves Dermagne. Aujourd’hui, ils ressortent ça comme des plats servis en salle, sans avoir l’honnêteté intellectuelle de saluer le travail de leurs prédécesseurs. Personne ne leur aurait reproché d’avoir la modestie de reconnaître que ces mesures sont en fait un héritage. Au contraire, c’est comme ça qu’on s’honore en politique : en respectant ses adversaires-partenaires. Une reprise-remise de ministère, ce n’est pas qu’une photo, un cadeau et un trousseau de clés. C’est surtout entre les deux ministres que ça se passe. On se passe un document avec tous les points et leur état d’avancement avec un feu vert, un feu orange et un feu rouge. Le ministre qui succède a donc toujours un héritage. S’il prend la décision de mettre en œuvre des mesures frappées d’un point vert, il faut qu’il ait l’honnêteté de souligner le travail de son prédécesseur. Les gens ne sont pas dupes. Ils savent bien qu’on ne monte pas autant de mesures en quelques jours. Ce genre d’attitude, c’est ce qu’il y a de plus difficile à supporter en politique."

[...]