Politique belge



Voici les intentions de vote des Belges selon le Baromètre La Libre/RTBF/Dedicated qui sera publié ce samedi dans La Libre.





Wallonie: Le PTB s'envole

En Wallonie, le PS (25,6%) et le MR (23,5%) occupent toujours les deux premières places en termes d’intentions de vote en accusant chacun un recul.

Très nette pour le PS qui perd 6,4% par rapport à son score des élections de 2014. Plus légère pour le MR qui enregistre une perte de 2,3% par rapport aux dernières élections.

Le grand gagnant de ce Baromètre étant le PTB qui en occupant la troisième place fait un bond de 9,1% par rapport aux élections et dépasse le CDH (10,5%) et Ecolo (9,2%).

Pour l’anecdote, DÉFI en Wallonie atteint le score historique de 3,9% et le Parti Populaire stagne aux alentours des 5 %.

© IPM


Bruxelles: Le CDH s'effondre

Il y a du mouvement dans les intentions de vote à Bruxelles. Si les poids lourds que sont le MR (toujours premier parti avec 20,1%), et le PS (19,8) affichent une certaine stabilité de sondage en sondage, il n'en n' est pas de même pour les partis de taille moyenne. Le CDH est en grande difficulté avec un score historiquement bas (6,5%) qui le fait passer en sixième position. Soit derrière le PTB qui reprend sa progression à 7,5%.

Ce Baromètre de rentrée enregistre également une remontée pour Ecolo (12,9%) à qui ravit la troisième place du podium à DeFi (11,3%). Côté néerlandophone, on relèvera les 4,2% de la N-VA qui distance un Open VLD stable à 2,6 % .

© IPM


Flandre: l'érosion de la N-VA se poursuit, la renaissance du Vlaams Belang se confirme

Pour le troisième trimestre consécutif, la N-VA marque le pas. La formation de Bart De Wever reste de loin le premier de Flandre, mais elle ne séduit plus que 25,2% des citoyens flamands, nettement en deçà des 32,4% engrangés lors des élections fédérales de 2014. Faut-il y voir une confirmation de la théorie des vases communicants ? Toujours est-il qu'au moment même où le stock électoral de la N-VA menace de s'effriter, le Vlaams Belang reprend de la vigueur. Avec à peine 5,8% des voix en 2014, le parti d'extrême droite avait encaissé une défaite historique. Certains observateurs affirmaient que sa survie était en jeu. Les intentions de vote sont depuis lors reparties à la hausse, pour atteindre 11,9% en décembre 2015, 12,4% en avril 2016 et 13,1% en septembre 2016. De toute évidence, l'extrême droite est appelée à rester, pour longtemps encore, un acteur incontournable du jeu politique au nord du pays.

On observe par ailleurs un resserrement des écarts entre les deuxième, troisième et quatrième partis de Flandre. Le CD&V (15,6%), le SP.A (14,9%) et l'Open VLD (14%) se tiennent désormais dans un mouchoir de poche.

Autre événement : la percée de l'extrême gauche. Si ce fait est depuis longtemps une réalité du côté francophone, il s'agit d'une relative nouveauté à l'échelle néerlandophone. Pour la première fois, le PTB vient de franchir la barre des 5% sur l'ensemble de la Flandre.

© IPM


Découvrez toutes nos analyses dans La Libre de ce samedi!



Fiche technique du Baromètre La Libre/RTBF/Dedicated:

Ce sondage a été effectué par Internet, du vendredi 2 au mardi 6 septembre 2016, sur un échantillon strictement représentatif de 2.881 électeurs belges . Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 3 régions de Belgique: 1.002 en Flandre, 917 à Bruxelles (19 communes) et 962 en Wallonie. La sélection des répondants a été réalisée par Internet dans le respect de quotas sur les principaux critères sociodémographiques (sexe, âge, actifs/non-actifs,…) et répartie de façon représentative entre les provinces de Flandre et de Wallonie et entre communes pour la Région Bruxelles-Capitale. La marge d’erreur maximale est de ± 3,2 % sur les échantillons de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre et de ±1,8 % sur l’échantillon total.