Politique belge

Elio Di Rupo dispose d’une marge certaine. Ces deux points de popularité perdus entre septembre et novembre ne remettent donc pas en question son leadership en Région bruxelloise. Plus de 40 % des sondés le verraient bien "jouer un rôle important dans les prochains mois". Le poste de Premier ministre continue donc de propulser le Montois au sommet des charts. Derrière lui, peu d’évolution, avec un Didier Reynders qui conforte sa deuxième place et son ancrage bruxellois. Il est talonné par Joëlle Milquet et Laurette Onkelinx, cette dernière passant devant Charles Picqué.

On notera la domination socialiste dans le top 10 de ce classement. Le PS y rafle quatre places. Plus bas, et toujours pour le PS, le ministre fédéral Jean-Pascal Labille fait par ailleurs une jolie percée. Le Liégeois encore inconnu au bataillon il y a quelques mois obtenant 11 % et se glissant à la 17e place. Un élément qui ne manquera pas de retenir l’attention du boulevard de l’Empereur qui cherchera certainement à placer le ministre des Entreprises publiques sur une liste, pourquoi pas européenne. Yvan Mayeur, dont l’image a pourtant été abîmée par les affaires du Samusocial, gagne 7 points pour passer de la 52e à la 26e place. Le futur bourgmestre de la Ville de Bruxelles appréciera. Le ministre-président Rudi Vervoort est par contre en difficulté. Après avoir profité de son arrivée à la tête du gouvernement bruxellois et surfé sur quelques dossiers emblématiques comme le nouveau stade national, il perd deux places dans le classement (37e) et 3 % d’opinions favorables. Ce n’est pas une très bonne nouvelle pour celui qui tirera la liste PS à la Région.

Rares libéraux

Didier Reynders est le seul libéral dans le top 10, loin devant Charles Michel qui ne parvient pas à s’élever au-dessus des 12 % d’opinions favorables. Vincent De Wolf, la future tête de liste régionale, rassurera peut-être la Toison d’or en atteignant la 20e place. Mais la rareté des personnalités libérales dans le classement est inquiétante pour les bleus. La première tête de liste régionale de ce classement est FDF, en la personne de Didier Gosuin. Le trio qu’il forme avec Olivier Maingain et Bernard Clerfayt se maintient à la hausse.

Le CDH confirme quant à lui le statut de machines électorales des Joëlle Milquet, Benoît Lutgen et Melchior Wathelet, tous trois dans le "top 10". Mais ses personnalités "régionales" ont également du mal à monter dans le classement. Céline Fremault, ministre de l’Emploi, double toutefois sa cote, à 4 %, et passe de la 51e à la 41e place. Chez Ecolo, c’est la stabilité, alors que ce baromètre est marqué par l’entrée fracassante de Maggie De Block à la 12e place. La nouvelle star de l’Open VLD est aussi très populaire dans la capitale.M. Co.