Politique belge

Le PS enraye l’hémorragie, le MR progresse à Bruxelles, Ecolo se fait dépasser par le PTB en Wallonie. Voici les principaux enseignements du Baromètre LaLibre/RTBF/Dedicated. 

En Wallonie, le PS occupe toujours la première place du podium, avec un score de 29, 7% qui est supérieur à celui enregistré lors du Baromètre du mois de mars 2015 (28, 7%) mais toujours en deçà de son score électoral du 25 mai 2014 (32%). Le MR est deuxième avec un score qui avoisine les 25% d’intentions de vote. Il reste ainsi dans la zone de son score électoral. Le CDH est le troisième parti au sud du pays avec un très léger recul qui le place autour des 13% d’intentions de vote. Enfin, et c’est un peu le seul changement important qu’il convient de signaler, le PTB avec un 0, 1% d’avance dépasse le parti Ecolo et se retrouve à la quatrième place en termes d’intentions de vote au sud du pays. Quant au FDF wallon, il ne décolle toujours pas et reste à 2, 9%.

© IPM Graphics

© IPM Graphics

A Bruxelles, le MR confirme sa bonne santé en restant bon premier dans les intentions de vote. Le PS demeure largement en dessous de ses résultats électoraux mais progresse depuis le baromètre de mars, signe que les polémiques qui le touchent ne lui font pas beaucoup de tort. Derrière les deux premiers, on retrouve un FDF plutôt stable et serein. En revanche, le CDH et surtout Ecolo qui poursuit sa descente aux enfers, se trouvent en position instable.

© IPM Graphics

© IPM Graphics

En Flandre, la stratégie de communication de Bart De Wever commence à payer. La N-VA perd toujours quelques plumes dans notre dernier baromètre mais dans une moindre ampleur : elle obtient 28,1 % des intentions de vote contre 28,8 % lors du sondage de mars 2015. Pour rappel, lors des dernières élections, les nationalistes avaient cartonné en arrachant 32,4 % des voix. Comment expliquer la stabilisation des nationalistes ? La N-VA a veillé récemment à présenter un visage plus sympathique au niveau du marketing politique et elle a aussi clarifié ses positions sur la collaboration durant la Seconde Guerre mondiale. Mais aussi, il y a moins de "chamailleries", comme dit De Wever, avec l'allié de majorité CD&V (17,2%). Du coup, les démocrates-chrétiens flamands reprennent quelques couleurs. Quant à l'Open VLD, le troisième partenaire flamand de la majorité fédérale, il reste parfaitement stable (15,4%).

© IPM Graphics

© IPM Graphics

Charles Michel nettement mieux perçu au Nord qu'au Sud

Les personnes sondées dans notre Baromètre étaient également interrogées sur leur perception de la personnalité et des capacités du Premier ministre. Bon point pour Charles Michel: personne, ou presque, n'ignore que c'est lui le Premier ministre belge (91% des Belges sont au courant).

Quant à ses qualités, le bilan est plus mitigé, et surtout très différent selon le côté de la frontière linguistique où l'on se trouve. Car si 72% des sondés en Flandre le trouvent sympathique, ils ne sont que 44% en Wallonie et 51% à Bruxelles. De même, 65% des Flamands le jugent courageux et tenace, contre 48% des Wallons et 54% des Bruxellois. Enfin, seuls 32% des Belges jugent qu'il est le vrai leader du gouvernement fédéral (38% en Flandre; 22% en Wallonie).

Cela dit, ces divergences Nord-Sud masquent une forte disparité d'avis selon les opinions politiques. Les électeurs MR, Open VLD, N-VA, CD&V, voire CDH, ont une bonne image de Charles Michel. C'est le contraire pour les sympathisants du PS, d'Ecolo et Groen, du SP.A ou du PTB. D'où ces différences très marquées entre sondés francophones et néerlandophones.


Le MR seul parti francophone au fédéral: les Flamands approuvent

Que pensent les sondés du Baromètre de la décision prise par Charles Michel d'embarquer le MR comme seul parti francophone au gouvernement fédéral? Pour l'ensemble du pays, les citoyens sont plutôt positifs : 49% des Belges jugent qu'il avait raison; 27% qu''il avait tort; 25 % ne savent pas. Mais ici aussi, les avis divergent fortement entre Nord et Sud du pays. 58% des Flamands approuvent Charles Michel, contre seulement 38% des Bruxellois et 35% des Wallons.

On remarque cependant de grosses variations selon les sympathies politiques des sondés. En Flandre, 84% des électeurs N-VA approuvent le choix de Charles Michel; tout comme 80% des électeurs Open VLD et 63% des électeurs CD&V. Au SP.A ou chez Groen, on est largement sous les 50%. Idem au sud du pays, où les électeurs MR sont tous derrière leur leader (80% à Bruxelles et même 88% en Wallonie), alors que les électeurs PS, Ecolo et surtout PTB, désapprouvent la décision. Au CDH et au FDF, si l'on se montre critique par rapport au solo du MR, les avis sont tout de même partagés (35% d'électeurs CDH bruxellois favorables; 31% d'électeurs FDF bruxellois favorables).


Ce sondage a été effectué par Internet, du mardi 12 au lundi 18 mai 2015, sur un échantillon strictement représentatif de 2.838 électeurs belges. Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 3 régions de Belgique (965 en Flandre, 921 à Bruxelles, 952 en Wallonie). La marge d’erreur maximale (c’est-à-dire pour des fréquences observées proches de 50%) est de ± 3,2 % sur les échantillons de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre et de ± 1,9 % sur l’échantillon total.