Politique belge

La N-VA perd près de 5% d'intentions de vote en Flandre. C'est l'un des principaux enseignements du nouveau baromètre politique La Libre/RTBF/Dedicated. Avec 30,8%, les nationalistes flamands retombent ainsi juste un peu au-dessus de leur score aux élections de 2010 (28%). Bart De Wever est-il en train de perdre pied au nord du pays ? Ce résultat mitigé de la N-VA (qui a connu près de 40% d'intentions de vote dans notre baromètre au début de cette année) semble confirmer que les visions confédéralistes exposées récemment dans le détail par ce parti ne subjuguent pas l'électorat flamand. Ce reflux ne profite pas au Vlaams Belang qui perd également des plumes : -1,4%. Par contre, les socialistes flamands ont le sourire (+2,3%) et confortent leur troisième place derrière la N-VA (qui reste malgré tout numéro 1) et le CD&V.

Du côté wallon, le MR (-1,4%) et Ecolo (-1,5%) sont les deux grands perdants du sondage alors que le PS (qui reste numéro 1 avec plus de 30% des intentions de vote) et le CDH restent stables. Il y a beaucoup plus de mouvement chez les petits partis. Par exemple, on note la résurrection un peu inattendue du Parti populaire (PP) de Mischaël Modrikamen qui double son résultat lors du dernier baromètre politique en atteignant désormais 4%. toujours à la droite de l'échiquier politique, "La Droite" (une dissidence du PP) semble prendre racine au sud du pays : grâce à une progression de 0,5%, "La Droite" pèse désormais 3,3%. On notera encore que le Mouvement de gauche (MG) de Bernard Wesphael disparaît presque de la carte politique en retombant à 0,3%. Le PTB améliore un peu sa situation sans provoquer pour autant de "Grand Soir" (4,1% d'intentions).

Enfin, à Bruxelles, Ecolo repasse derrière le FDF et devient le 5e parti de la Région suite à un tassement de 1,1%. Les formations traditionnelles bougent assez peu, sauf le CDH qui se comporte très bien : les humanistes repassent devant le FDF et se classent désormais en troisième position suite à une embellie de 1,7% qui les porte à 12,2% d'intentions de vote. Toutefois, le CDH reste quand même loin des poids lourds MR (22,6%) et PS (20,8%). Pour la N-VA, la contraction en Flandre se confirme dans la capitale : les nationalistes perdent 1,2% et retombent à 1,7% de votes potentiels.