Politique belge Voici les principaux enseignements du Baromètre politique de La Libre/RTBF/Dedicated réalisé entre le 24 et le 28 novembre 2016:

Wallonie: Le PTB sur un nuage

© IPM
En Wallonie, outre les tassements du PS (-0,2%) et du MR (-0,4%) si on se réfère au Baromètre de septembre, c’est surtout la montée continue du PTB qui attire l’attention. Le parti incarné par Raoul Hedebouw au sud du pays dépasse désormais les 18% d’intentions de vote (+3,8% par rapport au dernier Baromètre).

Par rapport aux dernières élections, les chutes du MR (-2,7%) et du PS (-6,6%) sont plus importantes et la montée du PTB plus impressionnante encore (+12,9%). Si ces chiffres devaient se confirmer lors des élections de 2019, le PTB jouerait inévitablement un rôle dans la mise en place des coalitions.

Quant au CDH et Ecolo, ils stagnent tous les deux en dessous des 10%.


Bruxelles: Le PS récupère sa première place

© IPM
Les intentions de vote à Bruxelles sont assez stables par rapport au sondage de septembre. PS et MR poursuivent leur mano a mano. Les socialistes récupèrent la première place du classement après l'avoir cédée en septembre.

Derrière, le PTB poursuit sa progression constante, toutefois moins forte qu'en Wallonie. Et le CDH confirme sa mauvaise passe, avec 7% des voix.


Flandre: Resserrement général

© IPM
Résultats extrêmement serrés en Flandre. Quatre partis se tiennent en moins d’un point de pourcentage dans les intentions de vote. Entre le SP.A, troisième à 13,2%, et le Vlaams Belang, sixième à 12,3%. Le CD&V se détache à peine du peloton, à 16,3%. La belle percée du baromètre est à mettre au crédit de Groen (+2,7 points de pourcentage depuis septembre).

Ce resserrement général fait une heureuse : la N-VA. Elle reste plus que jamais incontournable. Aucune tripartite – et, a fortiori, aucune bipartite – n’est possible au nord du pays sans le concours de la formation de Bart De Wever.

Découvrez toutes les analyses du Baromètre dans La Libre de ce samedi.


Fiche technique:

Sondage a été effectué par Dedicated du jeudi 24 au lundi 28 novembre 2016 sur un échantillon strictement représentatif de 2.813 électeurs belges . Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 3 régions de Belgique. La sélection des répondants a été réalisée par Internet dans le respect de quotas sur les principaux critères sociodémographiques (sexe, âge, actifs/non-actifs, …) et répartie de façon représentative entre les provinces de Flandre et de Wallonie, et entre communes pour la Région Bruxelles-Capitale. La marge d’erreur maximale est de ± 3,2 % sur les échantillons de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre et de ± 1,8 % sur l’échantillon total pondéré.