Politique belge

Après la fièvre PTB, les électeurs un brin contestataires sont en train de migrer vers des cieux moins sulfureux. Dans notre baromètre politique, c’est désormais Ecolo qui crée la surprise. A la vague rouge des marxistes, enregistrée ces derniers mois dans différents sondages, succède une vague verte. En Wallonie, Ecolo se classe troisième avec 18,5 % des intentions de vote. A Bruxelles, encore mieux : les verts arrivent deuxièmes avec 16,7 %. Inversement, le PTB se tasse par rapport aux scores qu’on lui prêtait.

Comment expliquer ce mouvement de balancier ?

1. La crise du fipronil

C’est une constante : les scandales dans l’industrie agroalimentaire profitent électoralement à Ecolo. En 1999, à la suite de la crise de la dioxine, la percée des verts avait perturbé le jeu d’alliance entre les socialistes et libéraux. Grâce au sens politique aigu de son ancien secrétaire fédéral, Jacky Morael, Ecolo, s’était imposé. Des majorités "arc-en-ciel" (PS-MR-Ecolo) avaient finalement vu le jour à tous les niveaux de pouvoir. La saga estivale des œufs contaminés au fipronil - un puissant insecticide - a certainement dû jouer un rôle dans la poussée d’Ecolo.

2. Un climat politique "affairiste"

Depuis que les rémunérations indues de mandataires locaux par l’intercommunale Publifin ont été révélées, depuis le scandale du Samusocial, c’est le grand déballage. Tous les jours ou presque, les médias étalent le détail des fiches de paie des élus et de leurs collaborateurs de haut rang. Ce retour en force des "affaires" dans le public donne un avantage à Ecolo. Depuis la naissance de leur mouvement, les verts défendent en effet une ligne dure en matière d’éthique politique. Par ailleurs, leurs parlementaires ont mené un travail remarqué dans différentes commissions d’enquête ces derniers mois.

© DR

3. Une ligne claire

Sur le thème de la bonne gouvernance, justement, les coprésidents Zakia Khattabi et Patrick Dupriez se sont montrés inflexibles à la suite de l’appel de Benoît Lutgen, le 19 juin dernier, à renvoyer le PS partout dans l’opposition. Ecolo pouvait entrer dans de nouvelles majorités dans les entités fédérées mais la direction du parti a finalement refusé de renoncer à la moindre virgule de son agenda éthique.

Cette stratégie des coprésidents rejaillit positivement sur l’image de toute leur formation. En revanche, Zakia Khattabi et Patrick Dupriez n’en profitent pas du tout : ils végètent dans le fond du classement des personnalités préférées des Wallons et des Bruxellois. Le constat est encore plus cruel quand l’exercice ne concerne que les sympathisants du parti. Si Ecolo réalise une réelle performance dans les intentions de vote, le parti souffre d’une absence endémique de leaders pour incarner ses idées.


EN WALLONIE

Ecolo reprend des forces

Les verts et le PTB sont largement au-dessus de leur score des dernières élections. Le PS s’écrase. Le MR et le CDH sont en forte baisse.

© DR


A BRUXELLES

Le MR s’installe en tête, malgré un léger tassement

Arrivé premier aux dernières élections, le PS est dépassé par le MR mais aussi par Ecolo et est désormais talonné par le PTB.

© DR


EN FLANDRE

La N-VA ne résiste pas trop mal au pouvoir

Les nationalistes flamands caracolent toujours largement en tête. Mais l’écart qui les sépare des sociaux-chrétiens s’amenuise quelque peu. La gauche, en ordre dispersé, semble incapable de contester la légitimité de la majorité.

© DR



Fiche technique

Ce sondage d'opinion sans caractère prédictif a été mené par l'institut Kantar TNS à la demande de La Libre / RTBF / VRT / De Standaard, sur un échantillon aléatoire de n = 753 électeurs résidant à Bruxelles, 1076 en Wallonie, 1045 en Flandre et accessibles via un téléphone fixe ou mobile. L'erreur statistique maximale est de 3,1% supérieure et inférieure au résultat obtenu pour les énoncés dans l'ensemble des échantillons wallon et flamand, et de 3.6% sur l’échantillon bruxellois. Les répondants ont été interrogés par téléphone du 11 septembre au 8 octobre 2017. Le rapport technique complet peut être consulté sur www.febelmar.be.