Politique belge

Le roi Philippe a chargé mardi le président de la N-VA Bart De Wever d'une mission d'information, a annoncé le Palais dans un communiqué.

"Sa Majesté le Roi a reçu en audience ce midi au Palais de Bruxelles M. Bart De Wever, Président de la N-VA, et l'a chargé d'une mission d'information visant à examiner les conditions dans lesquelles un gouvernement peut être formé rapidement", selon les termes de ce communiqué. "M. De Wever a accepté cette mission. Il fera rapport au Roi sur l'avancement de sa mission le mardi 3 juin", est-il précisé.

Grand vainqueur des élections du 25 mai, Bart De Wever se retrouve dès lors à la manoeuvre au fédéral pour une mission d'exploration. Il se retrouve informateur alors qu'il a entamé dans le même temps une série de contacts visant à mettre sur pied un gouvernement flamand. Il a commencé à recevoir les présidents de parti flamands à cette fin, en débutant par le CD&V. Les chrétiens-démocrates ont indiqué dès lundi qu'à leurs yeux, il faudrait constituer simultanément les gouvernements fédéral et régionaux.

Premier parti francophone, le PS a annoncé une initiative prochaine en vue de la formation des majorités wallonne et bruxelloise. Rappelant la nécessité d'avancer de concert au fédéral et dans les Régions, les socialistes soulignaient lundi le rôle du roi à la manoeuvre au lendemain des élections.

De Wever reprend ses entretiens avec les présidents flamands

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a entamé mardi après-midi la fin de son premier tour de table des partis flamands qu'il consulte en vue de la formation d'un gouvernement en Région flamande. Après sa désignation à 13h comme informateur royal pour déblayer le terrain des négociations au niveau fédéral, il a reçu pour le niveau régional le président des Verts flamands Wouter Van Besien. A 15h45, c'était au président du Vlaams Belang, Gerolf Annemans, de répondre présent à son appel.

Devant les caméras et micros, le président de la N-VA a refusé de répondre aux questions relatives à la mission d'information que lui a confiée le roi Philippe, ce qu'a fait volontiers Wouter Van Besien: "Il est logique que le vainqueur des élections se voie attribuer cette initiative et la prenne".

En ce qui concerne son entretien avec Bart De Wever, le président de Groen a précisé qu'il avait mis un nombre de points que son parti juge importants sur la table, tels que l'élimination des listes d'attente dans le secteur des soins ou le bouclage du ring d'Anvers.

Il s'est dit conscient que sa formation ne constituait pas le premier choix de Bart De Wever, qui "avait déjà fait part de sa préférence pour le CD&V et l'Open Vld avant les élections".