Politique belge

La gestion des dossiers de l’enseignement par Joëlle Milquet ne plaît guère à Françoise Bertieaux, la chef de groupe MR au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Celle, jugée idéologique, du PS, ne passe pas non plus. Son bilan du gouvernement ? "C’est... du rien." Entretien.

Votre proposition de décret pour garantir juridiquement la certification des élèves dont les examens ont été annulés a été votée à l’unanimité par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Pour un texte de l’opposition, ce n’est pas banal.

C’est un moment de bonheur rare et c’est une satisfaction de me dire que, peut-être, j’ai contribué à sauver la validité des certifications. Il était urgent de le faire. Mais il y a parfois une certaine arrogance de la majorité qui ne veut pas l’entendre. Nous avons également demandé et obtenu qu’on installe au Parlement une commission spéciale pour pouvoir débattre de tout le processus autour de ces épreuves externes et de ses failles. Cette commission auditionnera tout qui on veut entendre mais ce ne sera pas une commission d’enquête. Elle sera publique car, vu le séisme que cette histoire a provoqué, les gens ont le droit de savoir.

La suite à découvrir dans la Sélection LaLibre.be (seulement 4.83€ par mois)