Politique belge La section locale du MR d’Uccle l’a désigné pour succéder à Armand De Decker.

Deux échevins ucclois s’affrontaient dimanche soir pour enfiler l’écharpe maïorale : Marc Cools et Boris Dilliès. A la suite d’un vote secret de la section locale, c’est le second qui l’a emporté avec 14 voix sur un total de 19. Ce vote faisait suite à la démission, le 17 juin dernier, d’Armand De Decker, englué dans le Kazakhgate.

Agé de 44 ans, Boris Dilliès sera le bourgmestre le plus jeune de la Région bruxelloise. Actuellement échevin de l’Etat civil, des Finances, du Commerce et de la Jeunesse, il est également vice-président du MR bruxellois et député régional. En tant que président de la commission Infrastructure, il avait gagné en visibilité lors de la crise des tunnels. Sa première campagne remonte aux élections communales de 1988 où se présentait Eric André, son mentor. Après avoir travaillé dans son cabinet lorsqu’il était secrétaire d’Etat en charge des Travaux publics, Boris Dilliès lui a succédé comme échevin en 2005.

Future de liste

Le gagnant de l’élection de dimanche devrait être celui qui conduira la liste pour les élections communales d’octobre 2018. Un argumentaire qui a pu jouer en faveur de Boris Dilliès. Plus populaire que son adversaire, il peut se targuer d’engranger plus de voix dans une commune où les candidats libéraux se bousculent pour siéger.

Le gagnant devra encore recevoir le soutien de la majorité (MR-Défi-CDH) au conseil communal, mais comme le MR dispose d’une majorité absolue il s’agira quasiment d’une formalité. Les libéraux n’ont pas encore précisé si l’échevin manquant serait remplacé.

Boris Dilliès avait fait savoir qu’il lâcherait son mandat de député s’il était élu comme bourgmestre. Comme il devra faire l’objet, à l’instar de tous les candidats-bourgmestres, d’une enquête judiciaire avant de pouvoir prester serment, son retrait n’aurait cependant pas lieu avant septembre, voire octobre. "Beaucoup de choses peuvent se passer d’ici là", indique-t-on dans son entourage, en songeant à la crise gouvernementale.