Politique belge

Le Premier ministre, Charles Michel, a tenu à rappeler l'importance des engagements internationaux de la Belgique. Il n'entend pas pratiquer la politique de la chaise vide lors des réunions internationales, a-t-il répondu depuis Paris aux critiques de l'opposition sur son absence à la Chambre lors du débat sur le budget 2018. "Le parlement est informé de la présence du Premier ministre à l'étranger. Charles Michel honore ses engagements et ne veut pas laisser s'abîmer l'image de la Belgique en laissant une chaise vide lors de réunions internationales", a déclaré son cabinet.

Le Premier ministre se trouve en France où il participe à une réunion organisée par le président Emmanuel Macron sur la lutte contre les groupes terroristes dans le Sahel. Le gouvernement fédéral est représenté au parlement pour le débat budgétaire par les ministres concernés, à savoir ceux des Finances et du Budget, Johan Van Overtveldt et Sophie Wilmès, a précisé le cabinet de M. Michel.

L'opposition a dénoncé l'absence de M. Michel mercredi alors que la Chambre débat du budget 2018. Traditionnellement, le chef du gouvernement assiste à ces travaux. La situation politique s'est un peu plus tendue à cause du refus affiché par la N-VA d'approuver le pacte énergétique négocié par les ministres fédéral et régionaux. L'opposition a donc réclamé la venue du premier ministre ce mercredi ou demain/jeudi, avant le sommet européen.

La majorité a proposé mardi en conférence des présidents de reporter la séance budgétaire mais la solution n'a pas recueilli un consensus.

La tenue d'un comité ministériel restreint sur le sujet du pacte énergétique est annoncée jeudi.