Budget: le gel des dépenses sera indolore, assure Olivier Chastel

BELGA Publié le - Mis à jour le

Politique belge

Le gel de dépenses qu'a décidé le gouvernement fédéral après une demande de la Commission européenne sera indolore, ont martelé dimanche différents représentants de partis politiques présents dans les débats télévisés ainsi que le ministre du Budget, Olivier Chastel, interrogé par l'Agence Belga. Les dépenses visées ne sont censées intervenir qu'à la fin de l'année. Vendredi, le comité ministériel restreint a décidé de geler une série de dépenses pour un montant d'1,3 milliard d'euros. "L'incidence sera nulle", a affirmé M. Chastel, rejoint sur le plateau de "Mise au point" par le secrétaire d'Etat, Melchior Wathelet (cdH) et le président du MR, Charles Michel. "Il n'y aura aucun impact sur les citoyens", a renchéri ce dernier.

La lettre du commissaire européen Olli Rehn qu'a reçue le gouvernement belge ouvrait une alternative: soit décider d'économies nouvelles, soit geler des dépenses pour un montant compris entre 1,2 et 2 milliards d'euros. "La Commission avait surtout besoin d'une assurance par rapport à notre budget. Plutôt que de décider en un week-end de nouvelle mesures pour 1,2 milliard d'euros, nous avons décidé de geler des dépenses. Ce faisant, nous lui donnons la garantie que des mesures seront prises en février-mars", a expliqué M. Chastel.

Le gouvernement a en effet décidé le 23 décembre d'opérer un nouveau contrôle budgétaire au mois de février pour tenir compte, entre autres choses, des nouveaux paramètres de croissance. Les dépenses gelées concernent la SNCB (400 millions d'euros), la Coopération au développement (100 millions), la Défense nationale ou encore la "provision interdépartementale" (280 millions) dans laquelle les ministres peuvent puiser en cas de dépense imprévue.

Publicité clickBoxBanner