Politique belge

Si la Foire agricole de Pentecôte est une tradition à Nivelles, il en est une autre au moins aussi vivace, surtout lors des années électorales. Lors du petit-déjeuner qui réunit tous les acteurs le lundi matin, le discours des agriculteurs faisant part des difficultés du secteur met souvent le doigt où ça fait mal.

Et cette année, l’annonce par le ministre Carlo Di Antonio de l’interdiction de circulation sur la RN25 pour le charroi agricole a été évoquée. Pour les agriculteurs, il est temps de trouver une solution pérenne et un statut juridique qui garantisse que la situation ne sera pas remise en cause "au gré des humeurs de nos ministres ou fonctionnaires du SPW".

"Pas d’alternative"

Le secteur maintient qu’il n’y a pas d’alternative, et estime que la réunion qui a suivi l’action de sensibilisation menée il y a quelques semaines n’a rien donné parce que le ministre estime qu’il détient la seule vérité. "Nous remercions nos élus locaux qui nous soutiennent et toutes les formations politiques qui nous suivent , a précisé le président de la FWA Brabant wallon, Pierre Vromman, lundi à Nivelles . Sauf le CDH qui reste muet dans toutes les langues, malgré la présence en Brabant wallon du président du parlement wallon, garant de la démocratie dans notre région. Nous avons pu rencontrer tous les bourgmestres concernés, sauf celui d’Ottignies et son échevin de la Ruralité, Cédric du Monceau, dont la ville serait terriblement impactée par la suppression des véhicules agricoles sur la RN 25…"

Invitation maintenue

La FWA maintient cependant son invitation à Carlo Di Antonio, pour qu’il vienne se rendre compte de la situation sur le terrain. Et le rhabille pour l’hiver dans la foulée…

"Notre ministre de l’environnement a repris pour sa campagne électorale à Dour le célèbre chant de guerre ’aka’ des All Blacks, a continué Pierre Vromman. Cela se traduit par aka supprimer les pesticides, aka zéro phyto en Wallonie, aka basculer tous en bio, aka faire taire la FWA, syndicat rétrograde à ses yeux, aka tous circuler à cheval sur la RN 25, j’en passe et des meilleures. A mon avis, le mieux serait aka changer de ministre : la vie des agriculteurs en serait beaucoup plus agréable."