Politique belge

L'actualité du week-end a été notamment marquée par les deux évasions de la prison de Nivelles, ce que la Présidente de la Commission Justice du Sénat n'a pas manqué de commenter. "Nos prisons sont dans un état difficile, vétuste,... on vit en permanence en situation de surpopulation carcérale" entame Christine Defraigne et cite des chiffres : "... La capacité de nos prisons c'est à peu près 9500 détenus, on a grosso modo 1000 de plus !". Soit en moyenne 17% de taux de surpopulation carcérale, un taux qui peut monter jusque 24% estime la Sénatrice MR.

De nouvelles prisons devraient être construites à l'horizon 2013 notamment pour faire face à l'accueil de 10500 détenus recensés en 2010 : "... Pendant ce temps-là, on loue à prix d'or une prison à Tilburg (NDLR : aux Pays-Bas) 30 millions d'€ par an, ce qui est absolument énorme et il y a toute une réflexion qu'on ne mène pas... sur des peines alternatives !". En substance, Christine Defraigne évoque 3 pistes pour faire face à cette surpopulation carcérale : les peines de travail pour certaines infractions (les crimes de sang sont exclus), le bracelet électronique comme peine autonome ou encore des confiscations pour les crimes et délits financiers.

Concernant les évasions de ce week-end, la Sénatrice de Communautré estime qu'elles doivent être "incriminées" : "... Sont seuls punissables les délits commis à l'occasion de ces évasions !" alors que le complice est, lui, punissable déplore la réprésentante MR et ajoute : "... il y a quand même une inélégance juridique à cet égard-là". Par ailleurs, tous les crimes et délits commis à l'occasion d'évasion devraient être considérés dans un contexte de "circonstances aggravantes", bref la dette vis-à-vis de la société serait "allongée".

Quid des détenus étrangers, faut-il les envoyer dans leur pays pour purger leur peine comme le suggère le Député du MLD, Laurent Louis ? "Moi je ne vais pas me lancer dans des slogans et des caricatures parce que tout ça est connoté...". Christine Defraigne en appelle à l'application stricte des conventions bilatérales entre la Belgique et les pays concernés. "Je m'en voudrais qu'il y ait des connotations parfois un peu scabreuses par rapport à ces références !" ajoute-t-elle.

Enfin, le week-end a été marqué également par des déclarations politiques en tout genre dont celles de Bart De Wever : "...La fin de l'été conduira à un dénouement en ce sens que personne ne voudra repartir dans une année de négociations..." notamment au micro de la VRT. Et Christine Defraigne livre son analyse... peu optimiste : "La Nva nous habitue à ses phrases, ses mises en demeure, à ses ukkases, à ses ultimata... Je pense qu'il se dit voilà, j'ai 27% aux élections, les sondages m'en créditent de 35... Il se dit que... sa stratégie est efficace puisque moins il fait dans l'intérêt général, plus il se contente d'immobilisme et de menaces, plus il grimpe dans les sondages !".

Dès lors, la stratégie de la Nva ? "Est-ce qu'il veut aller aux élections, bien qu'il s'en défende, à l'automne... (NDLR : 2011) j'engrange mes 35%... ou veut-il attendre peut-être les élections communales ?" soit 2012 parce que l'objectif de la Nva est l'implantation locale et la conquête politique des grandes villes conclut Christine Defraigne.

Une interview à réécouter, en intégralité, sur Twizz Replay à 7h.42