Politique belge

Le député-bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, s'en est pris dimanche à la nouvelle présidente de la fédération bruxelloise du PS qu'il a accusée de faire preuve de "cynisme politique" en faisant croire, dit-il, qu'elle partage au quotidien les difficultés des Bruxellois sans vivre auprès d'eux.

"Dans un quotidien, elle semble découvrir qu'il y a du chômage chez les jeunes à Bruxelles... Et dans 'La Capitale', je découvre sa maison lasnoise, quatre façades, grand jardin, belle bibliothèque, Laurette devant sa cheminée où crépitent quelques bûches,... Quel cynisme politique!"

"Quand on prétend incarner la population bruxelloise, celle des quartiers parfois difficiles,... celle qui connaît précarité, difficultés à se loger décemment, comment venir nous faire croire qu'elle partage au quotidien la vie des Bruxellois?" a lancé Bernard Clerfayt devant les militants FDF réunis en congrès électoral.

"J'ai toujours cru qu'elle habitait Schaerbeek"

RTL.be relate ces propos du député-bourgmestre de Schaerbeek:

"La double page en page 22-23, magnifique ! "Habiter à Lasne et être socialiste ce n'est pas incompatible". Alors là je tombe des nues parce que moi j'ai toujours cru qu'elle habitait Schaerbeek", a-t-il déclaré dans ce discours aux allures de sketch.

"Comment ose-t-on ? Comment ose-t-elle ? Comment venir nous faire croire qu'elle partage au quotidien la vie des Bruxellois, leurs joies et leurs peines et leurs difficultés dans l'existence. Mais quelle plus belle manière de se moquer du monde" a-t-il poursuivi.

Onkelinx, puis le PS

En vitesse de croisière, Clerfayt s'emballe et s'attaque ensuite au Parti Socialiste dans son ensemble, responsable des difficultés que vivent les Bruxellois à ses yeux: "Et quel cynisme politique de nous parler ainsi de la région bruxelloise, car s'il est bien une formation politique qui peut être responsable aujourd'hui des difficultés vécues par les Bruxellois, c'est le parti socialiste, la seule formation qui continuellement depuis 1989, date de création de la région, a participé à sa gestion. Qui donc est responsable des difficultés des Bruxellois aujourd'hui ?", a-t-il conclu.

Le FDF et le PS, une grande histoire d'amour

Avant lui, le chef de file des FDF au parlement bruxellois, Didier Gosuin, avait défendu le projet des FDF pour Bruxelles, non sans critiquer à la fois la nouvelle présidente des socialistes bruxellois et son homologue libéral, Didier Reynders, président de la régionale MR dans la capitale.

"La grande différence entre les deux Liégeois et moi, c'est que je suis Bruxellois", avait-il dit en jugeant superficiel leur discours sur Bruxelles. "Nous ne les avons pas attendus pour avoir des projets pour Bruxelles. Ils disent qu'il faut des projets forts pour Bruxelles. Dire l'inverse, ce serait comme le poissonnier qui dirait qu'il vend du poisson pas frais", a commenté la future tête de liste FDF pour les régionales de 2014.