Politique belge

Patrick Dupriez invoque des “raisons personnelles”. Son successeur sera connu dans 10 jours.

L’annonce du parti Écolo a surpris tout le monde. Patrick Dupriez, le coprésident des verts, renonce à achever son mandat à la tête du parti. Sa décision a de quoi surprendre alors qu’Écolo a remporté une victoire importante dimanche dernier lors des élections locales. 

Prenant la parole vendredi soir à Namur lors d’un conseil de fédération du parti, Patrick Dupriez a expliqué devant les élus et les militants qu’il faisait un pas de côté : “Écolo a besoin, plus que jamais, d’une équipe de coprésidents forte et totalement engagée. Pour des raisons strictement personnelles, j’ai aujourd’hui la conviction que je ne pourrai exercer ma mission à la hauteur de cette nécessité dans les mois qui viennent. Par respect pour vous et celles et ceux qui comptent sur nous, j’ai donc décidé, après concertation avec Zakia (Khattabi, l’autre coprésidente d’Écolo) , de passer le relais du mandat que vous m’avez confié.”

Plus assez combatif

Ces raisons “très personnelles” sont les suivantes : en fait, Patrick Dupriez mesure bien toute la difficulté des prochaines échéances électorales de mai 2019. La campagne s’annonce d’une grande violence politique tant les enjeux sont importants (on vote pour le fédéral, les Régions et le Parlement européen) et tant les clivages idéologiques se sont creusés ces dernières années. 

Politique migratoire, Justice, gouvernance, Intérieur, Énergie, Défense… Les partis politiques auront de quoi s’opposer, c’est certain. Et Patrick Dupriez ne se sent pas ou plus assez combatif pour mener les écologistes dans cette bataille terrible qui s’annonce, pour aller sur les plateaux de télé, pour donner les coups et en recevoir… Lui qui ne s’est jamais accroché au pouvoir et qui n’a rien d’un guerrier préfère céder sa place à un autre. 

Il coprésidait Écolo depuis le 22 mars 2015. Avec Zakia Khattabi, il avait hérité d’une formation politique traumatisée par la claque électorale de 2014. Il avait contribué à recentrer Écolo sur ses fondamentaux politiques, avec succès.

Gilkinet ? Hazée ?

Qui pourrait le remplacer ? Difficile à dire. 

La seule certitude, c’est que, selon les statuts d’Écolo, il faudra un homme wallon pour équilibrer la coprésidence de Zakia Khattabi qui est bruxelloise. Une source bien informée cite comme candidat possible le député fédéral Georges Gilkinet ou encore le chef de groupe au Parlement wallon, Stéphane Hazée. 

Zakia Khattabi se donne jusqu’à la fin octobre pour trouver la perle rare qui achèvera le mandat de la coprésidence à ses côtés (il se termine après les élections de 2019).