Politique belge La N-VA a montré sa ferme volonté de ne pas céder face aux pressions des autres partis, même si ces dernières furent nombreuses. 

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'ambiance était tendue ce mercredi après-midi à la commission des Relations extérieures de la Chambre. Alors que le parti nationaliste a d'entrée de jeu réaffirmé son opposition au pacte sur les migrations de l'Onu tout comme à toute forme de résolution le concernant, les autres partis ont quant à eux montré leur volonté de soutenir ce texte en taclant au passage le parti de Bart De Wever. 

" La N-VA prend le pays en otage et agit comme un enfant", a ainsi déclaré Kristof Calvo (Ecolo-Groen).  Une prise de position partagée par de nombreux autres députés, tous partis confondus. " Les nationalistes instrumentalisent le pacte dans leur course à l'électorat du Vlaams Belang", a ajouté le député CDH Georges Dallemagne. 

Georges Gilkinet (Ecolo-Groen) a d'ailleurs souligné le rapprochement entre la N-VA et le Vlaams Belang. " Nous pouvons désormais parler de 'N-VB': Nieuw-Vlaams Belang", a ironisé ce dernier. Ils ont par ailleurs été nombreux à reprocher au parti nationaliste ses prises de positions de plus en plus similaires avec celles du parti d'extrême droite, notamment concernant les migrants. Selon Raoul Hedebouw (PTB), cette volonté de coller au programme de l'extrême droite conduit la N-VA à " déshumaniser les migrants". 

Un rapprochement entre les deux partis qui isole la N-VA " qui a choisi le camp du Belang" selon Olivier Maingain (Defi). 

Le PS crée la surprise en s'abstenant

Si le refus de la N-VA était à prévoir, l'abstention du parti socialiste en a surpris plus d'un. Mais celle-ci ne tient pas tant au fait que le parti refuse de soutenir le pacte s'il y a des réserves. Or, la résolution votée aujourd'hui en contient.

Le PS a donc préféré s'abstenir ce mercredi après-midi, choisissant de ne pas appuyer un texte mettant des entraves au soutien du Pacte pour les migrations de l'Onu. De la sorte, le parti évite aussi de soutenir le MR, puisque les socialistes a toujours reproché au parti leur rapprochement passé à la N-VA.