Politique belge

Cette Belgo-Iranienne a une voix qui porte au nord du pays. Depuis des années, elle milite pour les droits des femmes, menant des campagnes tambour battant. Sa pugnacité lui valut notamment d'être expulsée manu militari d'un stade des JO 2016 de Rio, où se tenait un match de volley entre l’Iran et l’Egypte, pour avoir déployé un calicot stipulant "Laissez les femmes iraniennes entrer dans leurs stades".

Ce n'est pas le genre d'épisode qui refroidit cette quadragénaire qui a fui Téhéran en 1999 après avoir été emprisonnée pour sa participation à la révolte estudiantine.

En plus de ses activités militantes, Darya Safai, mère de deux enfants, est désormais à la tête de trois cliniques dentaires, à Anvers et Bruxelles, avec son mari. Ce symbole d'une "immigration réussie" plait énormément à la N-VA, qui en a fait sa nouvelle recrue. Darya Safai est l'Invitée du samedi de LaLibre.be.


Bart De Wever vous a-t-il bel et bien proposé la deuxième place sur la liste communale à Anvers ?