Politique belge

C’est dans un bureau provisoire - l’hôtel de ville somptueux d’Anvers est en rénovation - que Bart De Wever reçoit désormais ses invités. À la fin d’une campagne longue et chahutée, le bourgmestre d’Anvers a pris le temps de recevoir - longuement - La Libre. Il explique ses attentes pour le scrutin de dimanche. Ses craintes aussi. Et anticipe déjà sur l’après-2019.

Quel est votre bilan du gouvernement fédéral ? Certains lui reprochent de ne pas avoir assez assaini les finances publiques.

En Belgique, c’est très difficile de mettre de l’ordre dans les budgets. Il faut concilier beaucoup d’agendas et de partis. Le gouvernement fédéral a commencé avec un déficit de 3,1 % du PIB, que lui a laissé le gouvernement Di Rupo. On va arriver à 0,6 % l’an prochain. C’est pas mal. Mais ça ne suffit pas."

(...)