Politique belge

Vingt-quatre mandataires locaux perçoivent de très généreuses rémunérations pour siéger dans trois organes d'avis internes à Publifin, l'intercommunale qui contrôle à 100% l'entreprise Nethys (Voo, BeTV, L'Avenir), rapportait mardi Le Vif sur son site internet. Celui-ci s'appuie sur les propos de l'échevin des Finances d'Olne, l'une des 76 communes actionnaires de Publifin, qui, à ce titre, a pu consulter des données internes sur la composition et l'activité de ces organes d'avis, qualifiés de "bidon" par Le Vif, ainsi que les rémunérations dont bénéficient leurs membres.

Un cadeau pour service rendu ?

Ces organes d'avis, qui portent le nom de "comités de secteur", sont censés "éclairer" le conseil d'administration de Publifin mais "servent en réalité à rémunérer des élus rendant ou ayant rendu service à leur parti", ajoute le site d'information.

En chiffres cela paraîtrait presque irréel tant les montants perçus, publiés en intégralité sur le site de L'Avenir, sont conséquents.

  • Par exemple, Anne Delvaux, ex-cdH, n'a assisté à aucune réunion entre octobre 2013 et juin 2016 mais a tout de même touché la modique somme de... 22.785 €. Des chiffres contestés par l'intéressée (voir ici).
  • Le son de cloche est le même pour Alain Defays, actuel conseiller communal à Sprimont (cdH) qui a perçu 67.198 € (pour 4 réunions) ainsi que pour le président MR du CPAS d'Awans, Maxime Bourlet, qui n'a été présent qu'à une unique réunion empochant la même somme.
  • Magali Catherine (PS) a, pour sa part, touché 111.997 € tout en ayant participé à 6 réunions sur 8.
  • Le bourgmestre d'Engis, Serge Manzato (PS) et André Stein (MR), conseiller provincial de Liège, ont aussi pu toucher le montant de 67.198 euros en prenant part respectivement à 2 et 5 réunions.

Dans un communiqué envoyé mardi soir, Publifin contestait toute mauvaise gouvernance et souligne qu'elle fut à l'origine de "la plus grande rationalisation du nombre d'intercommunales en Wallonie" par l'absorption de toutes les intercommunales wallonnes de câblodistribution ainsi que plusieurs autres actives dans l'énergie.

Ce jeudi, à 18h chez Publifin, se tiendra une assemblée générale ordinaire qui doit adopter son plan 2017-2019.

La liste élaborée par L'Avenir


Les rémunérations abusives, si elles sont légales, à reverser à des associations

Le président du PS Elio Di Rupo écrira aux mandataires PS qui ont perçu des rémunérations excessives dans les comités de secteur de Publifin pour qu'ils reversent la presque totalité de ces montants à des associations, même si l'illégalité de ces rémunérations ne devait pas être établie, a appris Belga jeudi auprès de la présidence du PS.

Mercredi, le ministre wallon des Pouvoirs locaux Paul Furlan avait demandé à son cabinet et à l'administration de se pencher sur la légalité de ces rémunérations, notamment au regard des prestations fournies, avec éventuel remboursement à la clé si une illégalité devait être établie. Mais même si ce ne devait pas être établi, une faute éthique demeure, juge-t-on à la présidence du PS.