Politique belge

Le parlement flamand a déclenché mercredi une procédure en conflit d'intérêts contre la proposition d'ordonnance bruxelloise de décumul intégral au sein de la Région-Capitale, a constaté l'agence BELGA. Les partis de la majorité flamande, N-VA, CD&V et Open Vld, ont bénéficié du soutien du parti d'extrême droite Vlaams Belang. Les 75% de voix nécessaires au déclenchement de la procédure ont été atteints. Celle-ci gèle le processus législatif en cours au parlement bruxellois. Le débat a été vif. La proposition d'ordonnance n'a en effet pas recueilli de majorité dans le groupe linguistique néerlandophone du parlement bruxellois. Dans l'opposition, le sp.a et Groen ont voté contre le conflit d'intérêts. Les deux formations soutiennent le décumul entre une fonction exécutive locale (bourgmestre, échevin, président de CPAS) et un mandat parlementaire.

"En faisant de ce problème une discussion communautaire, vous évacuez le débat sur la bonne gouvernance. Manifestement, le rejet d'une interdiction de cumul est plus grand que le respect de l'autonomie des entités fédérées", a lancé le chef de groupe socialiste, Joris Vandenbroucke, à la majorité. Son collègue écologiste, Björn Rzoska, lui a emboîté le pas: certains cherchent surtout à protéger leur propre mandat, a-t-il accusé.

"Vous défendez ici l'arrogance des francophones qui excluent de la décision les Flamands de Bruxelles", a répliqué le chef de groupe N-VA, Matthias Diependaele. Le message était le même chez les libéraux et les chrétiens-démocrates: "Vous voulez résoudre le problème Mayeur (du nom du précédent bourgmestre de Bruxelles) et vous sacrifiez les règles de protection de la minorité flamande à Bruxelles", a affirmé le chef de groupe Open Vld, Bart Somers.

Pour obtenir, les 5 voix qui manquaient pour enclencher le conflit d'intérêts, l'appoint du Vlaams Belang a été nécessaire.