Politique belge

Ambiance au sein de la majorité fédérale. L'arrêté royal visant le remboursement des examens de dépistage du cancer ne plaît pas au MR. Le chef de file des libéraux francophones, Olivier Chastel, demande à la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block de revoir sa copie avant le 1er avril, date d'entrée en vigueur de la réforme.

Pour rappel, Maggie De Block (Open VLD), a décidé, pour les patientes qui ne font pas partie du groupe restreint des femmes à (très) haut risque, de limiter, voire de supprimer le remboursement des mammographies de dépistage individuelles. L’arrêté royal publié au Moniteur du 26 février dernier précise ainsi qu’il n’y aura plus de remboursement pour les femmes âgées de moins de 45 ans ou de plus de 74 ans qui n’ont pas de profil à haut risque.

"Un mauvais signal"

"Cet arrêté royal, publié récemment, a été adopté sans concertation au sein du gouvernement, explique le président du MR dans un communiqué cinglant. Et même s’il est le fruit d’une réflexion menée depuis plusieurs années avec les acteurs de la santé, le MR n’est pas convaincu par les arguments développés en matière de dépistage. Le MR ne peut donc pas soutenir cet arrêté royal".

Et d'annoncer que le cabinet du Premier ministre a d’ores et déjà pris contact à ce sujet avec le cabinet de la ministre de la Santé. "Pour le Mouvement Réformateur, l’accès à des soins de santé de qualité est un droit fondamental", conclut Olivier Chastel. Le MR veut garantir la meilleure politique de prévention possible. "La lutte contre le cancer du sein est d’autant plus efficace si le dépistage est précoce. Limiter le remboursement de ce test à certaines catégories de femmes est donc un mauvais signal."